mardi 12 mai 2009
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
Vox populi
 
 
Nos archives en HTML
 

         Vox populi
L’ire des hospitalo-universitaires, un cauchemar qui vire à l’enlisement

«Comment diable un bougre d’illettré, élu à la suite d’un plébiscite assez douteux, peut-il percevoir trente fois le SMIC alors qu’un professeur ayant consacré toute sa vie à un dur labeur n’en a que pour des miettes !» Suite...


Harraga, la mort fait partie du voyage

Le phénomène des harraga ne cesse de défier le gouvernement qui se félicite du succès d’un bilan inachevé et qui le restera encore. Et comme pour jeter le discrédit sur la politique de l’emploi menée par les autorités de notre pays, des jeunes Algériens, qu’ils soient du nord ou du sud, multiplient les tentatives de rallier les côtes sud du continent européen à bord d’embarcations bricolées à la va-vite. Suite...


L’ÉDITO D’UN LECTEUR
Liberté d’expression et liberté de presse

La liberté d’expression est un des fondements essentiels d’une société démocratique. Mais pour qu'il y ait une liberté d'expression dans un pays, il faut tout d'abord que celui-ci jouisse d'une vraie démocratie et que celle-ci ne soit pas bafouée au moindre prétexte. L’objet de cette liberté est le droit d’avoir son opinion, de l’exprimer sans se voir opposer des restrictions ou la censure pour des considérations culturelles, religieuses, ethniques, socio-économiques ou politiques. Suite...


LE BILLET DE M. BENREBAI
Les médisants

Ils se retrouvent le vendredi matin dans le café du coin, prétextant siroter un café, pour se délecter des «dernières nouvelles» et des mésaventures des uns et des autres. Leur langue est bien acérée et ils médisent, diffament et propagent des ragots qui meubleront le vide sidéral culturel de la houma jusqu’au week-end prochain, la nature ayant horreur du vide, dit-on. Suite...


TEXTO…

Nabila de Hussein-Dey, je te cherche désespérément… Si tu lis le journal, appelle-moi. Je meurs d’envie de te revoir. Je ne respire plus, tu es mon oxygène (de la part de Boussaâd)… Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site