Actualités : LE NOUVEAU WEEK-END SEMI-UNIVERSEL DANS LE SECTEUR DE LA SANTÉ
Les praticiens dénoncent une incohérence


L’application du nouveau week-end semi-universel pose visiblement toujours problème aux praticiens de la santé. Près de cinq mois après son instauration, le calendrier des horaires de travail pour cette corporation est jugé «incohérent».
Entré en vigueur le 14 août dernier, le décret n° 09-244 du 22 juillet 2009 modifiant le décret exécutif n° 97-59 du 3 mars 1997 portant repos hebdomadaire continue de faire débat, notamment dans le secteur de la santé. Le personnel qui, auparavant, bénéficiait de deux journées de repos, le jeudi et le vendredi, se retrouve avec un week-end «fractionné ». En effet, dans une circulaire de la direction de la santé d’Alger, le samedi a été déclaré jour ouvrable. Dans la pratique, des établissements font travailler leur personnel le samedi matin, d’autres le samedi après-midi, tandis que dans certaines wilayas, cette journée reste toujours jour de repos. «Une incohérence à corriger», demandent les praticiens, qui exigent d’être associés à la prise de décision. C’est pourquoi, dans la plateforme de revendications des praticiens généralistes et spécialistes de santé publique, en grève depuis plus de deux mois, figure l’application du décret exécutif n° 09-244 du 22 juillet 2009 portant aménagement et répartition des horaires de travail dans le secteur de la Fonction publique. Selon le docteur Youcefi, président du SNPSSP, la Fonction publique a fixé les horaires de travail de tous les fonctionnaires, y compris les praticiens, de dimanche à jeudi. Ces derniers devraient donc, dira-til, bénéficier de leur week-end hebdomadaire comme le prévoit la réglementation. «Je ne vois pas l’utilité d’obliger les praticiens à venir travailler pendant la journée de leur repos hebdomadaire, puisque le service dans le secteur de la santé est assuré 24h/24h et que le malade est pris en charge», précisera-t-il. Ainsi, souligne le syndicaliste, pourquoi transgresser la loi puisqu’il y a continuité du service ? Le docteur Youcefi précisera, par ailleurs, que s’il y avait réellement nécessité, les praticiens ne verraient, certes, aucun inconvénient à travailler pendant cette journée. «Si le ministère de la Santé veut une autre organisation, il doit consulter les syndicats, comme cela a été le cas dans le secteur de l’éducation nationale», a argué le représentant des médecins spécialistes. Le SNPSP et le SNPSSP estiment qu’«enlever deux journées pleines aux praticiens ne peut se faire qu’après concertation avec les partenaires sociaux». Soulignons que cette directive n’est pour le moment appliquée que dans les établissements de proximité de santé publique (EPSP), alors que dans les hôpitaux, les praticiens continuent de bénéficier d’un week-end complet.
S. A.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable