Culture : Le centre Larbi-Tébessi à la vocation multiple

Le théâtre dirigé par Missoum Laroussi, professeur d’art dramatique et metteur en scène, «connaît une activité régulière et permanente grâce à l’adhésion et l’implication des troupes locales concernées comme El-Masrah E-Asdikaâ du centre Larbi Tébessi, le club poétique, les troupes de marionnettes pour enfants et adultes, ainsi que les associations d’arts lyriques en plus du café Littéraire qui vient de voir le jour sous la houlette de Mohamed Boudia et M. Ali, tous deux écrivains.
Sur place, des animateurs de théâtre qui, se félicitant tous de l’animation qui y règne, demandent à ce que le centre en question soit hissé au rang de théâtre régional, à l’instar de ceux de Mascara et Skikda créés dernièrement. Le centre Larbi-Tébessi a formé une pléiade de jeunes dans tous les domaines (théâtre, chant, musique, activités culturelles, centres de vacances, regroupements et formation des moniteurs (rices) et animateurs (rices) de centres de vacances). La majorité des jeunes ont été formés dans cette enceinte culturelle ; Les Blazers, Les Castellums, El-Afrah, Les Rangers. Des acteurs ont fait leurs débuts : M’hamed Djellid, M’hamed Djellouli, Djelloul Moulfi, Mohamed Bouzana, Mohamed Aichouba, Ali Meddah, Moulfi Laïd, les frères Kinèche, les frères Harchouche, les filles Mahdi pour ne citer que ceux-là, sans oublier le père de la marionnette à El-Asnam, Maâmar (Ali) Boudria, et bien d’autres. Ce centre a vu la naissance du premier festival de marionnettes, la présentation de la première troupe de théâtre amateur avec des pièces comme Caligula et La valise de Plote. Il y avait une effervescence hors du commun dans cet espace culturel.
A. B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable