Vox populi : Réflexions d’intérêt général
Par le Dr Khelif Ramdane *


La détérioration des conditions de vie au niveau de notre commune m’a donné à réfléchir depuis un certain temps. J’ai attendu, vainement, une amélioration, depuis des années durant, mais cela n’a pas été le cas à ce jour. C’est pour ces raisons que je me suis dit qu’il était temps et qu’il était de mon devoir de lancer une alerte aux responsables concernés et en même temps émettre certaines propositions, modestes soient-elles, qui seront très probablement un point de départ dans une stratégie de rénovation et d’évolution à l’échelle de notre commune. Ces réflexions concernent les différents domaines d’activité existant, à savoir l’éducation, la santé, le sport, la sécurité, l’urbanisme, l’emploi, la formation professionnelle, le tourisme, l’information et le mouvement associatif.
Education :
Notre commune compte deux CEM et huit écoles primaires, avec un projet de lycée en voie de construction. En quantité, nous n’avons rien à envier aux autres communes ou aux autres pays même développés. Néanmoins, en qualité infrastructurale et en matière d'équipement, d'entretien et de gestion, nous sommes très en deçà des normes, (l’état des classes en matière de peinture, de lumière, d’aération et d’hygiène demande une prise en charge sérieuse et efficace. L’état des cours et des sanitaires montre un défaut flagrant en matière de commodités et de normalité). Pour ce qui est des cantines qui n’ont de cantine que le nom, il serait urgent de se concerter un peu plus sérieusement sur la définition de cantine et de ses objectifs en matière d’éducation, de nutrition et de restauration. Par ailleurs, est-ce trop demandé ou de proposer la création d’une bibliothèque communale ? Je suis sûr qu’elle sera d’une immense utilité pour nos élèves, nos étudiants et tous ceux qui ont soif de savoir.
Santé
:
Il est incontestable qu’on ne peut renier tous les efforts de l’Etat quant à la prise en charge du citoyen en matière de santé curative et préventive. Je salue également nos décideurs pour la nouvelle restructuration sanitaire par la création des EPSP, dans le cadre de la politique de décentralisation et de travail de proximité. Mais ceci reste toujours dans un cadre basique, du moment qu’il n’existe pas de services d’exploration (radiologique et biologique) ainsi que la prise en charge spécialisée. Par ailleurs, il serait bénéfique pour le citoyen de l’Arbatache que la couverture médicale, au niveau de la polyclinique, soit identique aux autres communes avoisinantes c’est-à-dire de 8 heures à 20 heures et pourquoi pas H24. Il est à noter aussi que le centre de santé principal du centre-ville, réaménagé en polyclinique, reste handicapé par la non-ouverture de la nouvelle construction faite dans le cadre de son extension. L’achèvement des travaux date de plus de deux ans ?
Sport et loisirs :

Le sport est une discipline, un loisir et une occupation pour tout âge. Aucune des trois définitions ne se situe au niveau de notre commune. C’est vrai qu’il y a une équipe de football qui agonise à chaque début de saison par manque de moyens et la maigre subvention qui lui est allouée. Aucune autre activité sportive n’est enregistrée. La seule occupation des jeunes et moins jeunes reste les cafés, les murs, le café «jetable» et le tabac. Ne serait-il pas possible d’envisager un programme d'action visant à mettre en place une stratégie de prise en charge de ce problème ? N’est-il pas possible de mettre en place des infrastructures sportives simples, bénéfiques et rentables pour cette frange de la société ? La jeunesse, c’est notre énergie et on est en train de la gaspiller inconsciemment . Alors, parlons-en et concertons-nous, tous ensemble, pour l’amélioration de ce domaine et par voie de conséquence, donner une bonne orientation à nos jeunes.
K. R.
* Médecin de santé publique à Arbatache (A suivre)

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable