Actualités : FRAUDE, BLANCHIMENT ET ESPIONNAGE
Le dossier de l’affaire Hacène Fellah s’alourdit


S’il n’y a pas eu de procès (annoncé pour aujourd’hui par l’un des 24 membres du collectif de la défense) de l’affaire dite Hacène Fellah, un magnat du déchet ferreux et non-ferreux et vice-président de l’APW d’Annaba d’obédience RND, la chambre d’accusation a tout de même traité ce dossier sur la base de faits nouveaux apparus durant l’instruction, comme elle devra délibérer sur la demande de mise en liberté provisoire déposée par la défense.
Des indiscrétions proches du dossier révèlent que ces faits nouveaux concernent des actes d’une extrême gravité, portant sur des atteintes à l’économie nationale et à la sécurité du pays. Outre Hacène Fellah et le directeur général de Fersid, filiale du groupe Sider, d’autres noms ont été ajoutés à la liste des personnes appelées à être citées à titre d’accusé. Les mêmes sources précisent que «des personnalités influentes sont concernées». Dans cette affaire, le préjudice de 12 milliards de dinars au détriment du fisc des wilayas d’Annaba et d’El Tarf, annoncé précédemment, serait de loin inférieur au montant avancé par les enquêteurs, ajoute-t-on. Si rien ne dit que ce procès se tiendra dans les prochaines semaines (éventuellement au cours de la deuxième session criminelle dont l’ouverture est annoncée par le procureur général de la cour d’Annaba pour le 2 mai 2010), il est par contre souligné que ces faits nouveaux impliquent une personne étrangère en fuite, ayant la triple nationalité, bien introduite dans les milieux du renseignement étrangers. Son entreprise de récupération de déchets ferreux destinés à l’exportation et à la production de rond à béton, basée à El-Hadjar, a été livrée à l’abandon, avant qu’elle ne soit mise en vente par les services du fisc avec, pour conséquence, la mise au chômage de 260 pères de famille qui n’ont cessé, depuis, de réclamer leurs droits. Cet homme d’affaires étranger, en étroite relation avec un réseau de renseignements, était chargé des opérations de blanchiment d’argent de différents et nombreux opérateurs économiques algériens. Dans le lot, figurerait Hacène Fellah. L’arrestation de ce dernier a été opérée par le CTRI d’El-Hadjar au début du mois de mars. Mis sous mandat de dépôt et incarcéré à la maison d’arrêt de Bouzaâroura depuis cette date, il a rejoint son compagnon, le DG de Fersid. Les griefs qui lui étaient reprochés auparavant portaient notamment sur la fraude, l’évasion fiscale, de fausses facturations et le détournement de biens privés appartenant au complexe sidérurgique d’El- Hadjar — les responsables de ce complexe ont remis au magistrat instructeur l’ensemble du dossier des transactions du mis en cause avec l’entreprise et ce, depuis l’année 2003). A ces griefs est venu s’ajouter, ces dernières semaines, celui du blanchiment d’argent. Ce volet du dossier est pris en charge par le pôle judiciaire spécialisé de Constantine.
A. Bouacha

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable