Régions : ANNABA
Mandat de dépôt pour le président de l’APC d’El Bouni


Le président de l’APC et le subdivisionnaire de la Direction du logement et des équipements publics (DLEP) d’El Bouni (Annaba) ont été placés, jeudi, sous mandat de dépôt par le magistrat du tribunal d’El Hadjar.
Ils ont été inculpés, dans la soirée de mercredi, de corruption par les hommes du Centre territorial de recherches et d’investigation (CTRI) d’Annaba. Ces derniers ont découvert sur le président de l’APC une somme de 100 000 DA et 50 000 DA sur le subdivisionnaire, soutirés à un entrepreneur ayant effectué des travaux pour le compte de la commune pour un montant de près de 10 millions de dinars. Ce dernier n’a cessé depuis plus d’une année de réclamer son dû, mais en vain. Il avait fait part au service concerné d’une demande de pot-de-vin par les deux mis en cause pour pouvoir récupérer son argent. Les enquêteurs du CTRI ont pris le soin de relever les numéros des billets de la «tchipa», avant qu’elle soit remise aux deux mis en cause qu’ils ont pu ainsi arrêter en flagrant délit de corruption. Etant l’un élu et l’autre cadre, ils seront jugés par le tribunal de Berrahal, territorialement compétent dans ce cas de figure. La commune d’El Bouni, importante agglomération de la wilaya d’Annaba (elle est la deuxième en termes démographiques, après le chef-lieu de wilaya), a été éclaboussée, en octobre dernier, par un autre scandale ; il s’agit de celui relatif au détournement de centaines de couffins de ramadan au détriment des démunis de la commune, auxquels ils étaient destinés. Ces couffins, don de l’entreprise Sonatrach, avaient un contenu plus consistant par rapport aux autres couffins offerts par d’autres organismes bienfaiteurs. Cette affaire est traitée actuellement par la justice. Les nombreuses divergences qui marquent la gestion de cette collectivité locale n’échappent à personne dans cette commune. Cette mésentente est à l’origine de la démission, ces derniers mois, de plusieurs élus, dont le premier vice-président chargé des affaires administratives, et celui chargé des travaux. Ces derniers reprochaient au président de l’APC le fait de gérer en solo les affaires de la commune. De nombreuses affaires scabreuses ont éclaté à El Bouni et plusieurs des P/APC qui se sont succédé à la tête de cette commune ont connu la prison pour des affaires de corruption, malversations et dilapidation des deniers publics. Et ce sont toujours les citoyens qui payent le lourd tribut. En effet, ils sont des milliers au chômage, sans toit et sans prise en charge de leurs problèmes quotidiens.
A. Bouacha

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable