samedi 24 avril 2010
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Périscoop
Régions
Culture
Vox populi
Sports
Femme magazine
Monde
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


30 millions d’euros, deux bateaux fantômes et des marins dépressifs !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Salon de la poterie en Algérie. Une vedette à l’inauguration. 

La potiche !

30 millions d’euros. Ce chiffre recueilli en Algérie a fait le tour de la planète en quelques heures seulement et est au centre des discussions des plus grands experts en sciences économiques du monde. Selon des indiscrétions en provenance des colloques internationaux et des laboratoires où ce chiffre de 30 millions d’euros est discuté et disséqué, les spécialistes s’achemineraient vers l’inscription de ces 30 millions d’euros dans les manuels des plus prestigieuses écoles de commerce, de finances et de gestion. A la rubrique «comment jeter par la fenêtre dorée d’un centre des congrès rutilant, en quelques heures seulement, 30 millions d’euros sans même la possibilité pour les gens qui se trouvent en bas de cet édifice, sous les fenêtres, de se baisser et de ramasser ces biftons qui tombent.» Formulée ainsi, la question ferait d’ailleurs l’objet de plusieurs thèses d’études officiellement déposées par des candidats au doctorat en économie. Et tous ces étudiants, tous ces chercheurs et tous ces experts mondiaux doivent rendre hommage à l’Algérie de leur avoir permis de disposer ainsi d’un fabuleux objet d’étude et d’analyse universitaire. Oui ! L’Algérie. L’Algérie de Chakib Khelil. C’est cette Algérie-là qui a permis que deux bateaux-hôtel soient loués pour héberger des invités qui ne sont jamais venus au GNL16 d’Oran. Très sincèrement, je pense que dans l’histoire des investissements humains, depuis que le terme investissement a été créé, théorisé et conceptualisé, nous ne trouvons pas trace d’une location à 30 millions d’euros de deux bateaux-hôtel luxueux qui n’ont pratiquement pas servi. De mémoire d’agents immobiliers et de courtiers internationaux, c’est la location la plus chère de toute l’histoire de l’humanité. Moi, je ne suis pas spécialiste en calculs, mais j’en appelle aux mathématiciens pour qu’ils me disent, qu’ils nous disent à nous tous à combien revient la nuit dans deux bateaux-hôtel loués à 30 millions d’euros. D’autant plus que le prix de cette fabuleuse location n’est pas seul au centre des discussions des experts planétaires. Les plus grands professeurs en médecine ont également été saisis de cette affaire. Pourquoi les médecins ? Et par qui ont-ils été saisis ? Par l’intersyndicale des personnels travaillant sur des bateaux-hôtel. Il semblerait que les personnes exerçant à bord des deux bateaux-hôtel loués par l’Algérie ont été admises en urgence dans des cliniques spécialisées en maladies nerveuses et en stress. Il est vrai que bosser sur deux rafiots de luxe une semaine durant sans rencontrer âme qui vive, pas un seul client alors qu’on est censé accueillir la foule des grands jours, ça vous déglingue psychologiquement les équipages les plus endurcis et les plus aguerris ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4206

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger la version compressée

CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ À TIBHIRINE

Télécharger

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site