Actualités : APRÈS LES ÉMEUTES DES DEUX DERNIERS JOURS
Calme précaire à Sidi-Salem


Un calme précaire régnait hier à la cité de Sidi-Salem, qui a vécu par intermittence, depuis samedi après-midi, de graves émeutes ayant opposé les jeunes et les forces de l’ordre, avec un lourd bilan de blessés des deux côtés, dont certains ont été évacués aux urgences du centre hospitalo-universitaire.
Des arrestations ont également été opérées par les éléments antiémeutes venus en force pour maintenir l’ordre dans cette cité en ébullition. A l’origine de ces graves incidents, le projet de recasement des habitants du quartier dénommé la SAS, datant de l’époque coloniale. Il abritait plus de 5 000 familles dont près de la moitié a bénéficié de logements décents ces dernières années. Les quelque 2 500 autres familles qui logent encore dans ce bidonville veulent être recasées toutes et en même temps. Certaines d’entre elles refusent les deux sites qui leur ont été réservés à Bouzaâroura et Boukhadra, dans la même commune d’El Bouni, préférant être relogées sur d’autres sites de leur choix. Elles l’ont fait savoir au wali lors de sa récente visite des chantiers de réalisation de ces logements sociaux locatifs, au nombre de 2 000. Leur expliquant que ce choix est du seul ressort des services de l’urbanisme, le wali a tenu, à cette occasion, à rassurer les protestataires quant au relogement de l’ensemble des familles, leur précisant qu’une moitié d’entre elles le sera à l’échéance 2010. «Tout ce qu’on vous demande, c’est d’avoir un peu de patience et faire preuve de compréhension. On n’a pas de baguette magique pour ériger, en un court laps de temps, des milliers de logements pour satisfaire ici et maintenant vos doléances», a-t-il demandé aux habitants du quartier la SAS. Certains y résident depuis des décennies. Il leur a promis une équité dans l’opération de distribution, soulignant que le logement ira à celui qui en a vraiment besoin. «C’est pourquoi je vous demande de nous aider à débusquer les faux demandeurs qui s’enrichissent au détriment du simple citoyen.» Avec le retour au calme, hier, une délégation des autorités locales a longuement palabré avec les habitants du quartier, avant d’arriver à un compromis pour mettre un terme définitif au mécontentement de ces derniers. C’est ainsi qu’une délégation de représentants des habitants devait être reçue par le wali dans l’après-midi d’hier.
A. B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable