Régions : CHU DE TIZI-OUZOU
7 nouvelles greffes rénales réalisées


Le CHU Mohamed-Nedir de Tizi a réalisé 7 nouvelles greffes rénales ces deux dernières semaines, a révélé le professeur Ziri, DG de l’établissement, au cours de l’ouverture de la journée de médecine physique et réadaptation autour du rachis traumatique organisée par le CHU de Tizi à laquelle ont pris part de nombreux professeurs et médecins des hôpitaux d’Alger, Annaba, Batna, Oran et Tizi-Ouzou.
Les 7 opérations effectuées par l’équipe du CHU sous la direction du professeur syro-américain Ahmed Chaballout, exerçant à l’hôpital Fayçal d’Arabie Saoudite, ne sont pas les premières à Tizi- Ouzou. Le professeur Chaballout a dirigé plusieurs séries du genre sur un programme d’une vingtaine arrêté pour l’année 2008. Il y a eu également un professeur algérocanadien qui a secondé les néphrologues et les urologues locaux lors de l’avant-dernière série du genre. Le CHU de Tizi, dont le bilan est de l’ordre d’une trentaine de transplantations rénales, s’était fixé un objectif de 20 par an. Mais en dehors des opérations réalisées, les responsables de l’établissement mettent l’accent sur le transfert des connaissances et la maîtrise de la technologie ainsi que sur l’arrêt des transferts de malades à l’étranger extrêmement coûteux. Le CHU de Tizi-Ouzou a été, par ailleurs, ce mercredi 16 juin, le théâtre de la 1re journée nationale sur le rachis traumatique qui a regroupé, rappelons-le, des spécialistes des établissements hospitaliers d’Alger, Annaba, Batna, Oran et Tizi-Ouzou autour des méthodes et techniques de prise en charge du rachis traumatique. Des dizaines de spécialistes des établissements représentés devaient intervenir lors de trois séances programmées autour d’une vingtaine de communications portant, entres autres, sur l’anatomie fonctionnelle du rachis, les indications thérapeutiques dans le traitement des fractures du rachis dorsolombaire, la prise en charge du rachis traumatique analysée sur 30 années d’activité, étude épidémiologique des traumatismes vertébraux médullaires pris en charge par l’EHS de Texeraïne, problèmes particuliers du traumatisme du rachis, le traumatisme du rachis chez la femme, tétraplégieparaplégie d’origine traumatique et d’autres communications médicales aussi spécialisées que les précédentes. Cette première journée nationale, une première à l’échelle du pays, selon le professeur Zizi, DG du CHU de Tizi-Ouzou, s’inscrit dans le cadre du programme de formation continue de l’établissement, elle permet aux participants d’échanger les expériences acquises en matière de prise en charge du rachis traumatique dont les conséquences sont très graves. La paraplégie et la tétraplégie engendrent de graves problèmes humains, économiques, sociaux et psychologiques. «Il s’agit pour nous de savoir comment prendre en charge les traumatisés du point d’évacuation à la rééducation fonctionnelle en passant par le traitement au sein de l’hôpital.» Le SAMU 15 qui fonctionne depuis quelques années a une bonne expérience dans le domaine de la première prise en charge, et de l’évacuation du traumatisé à partir du domicile, de la voie publique ou d’un lieu de travail, indique le DG. «Au-delà, nous visons une prise en charge pluridisciplinaire au niveau des urgences. Car, ajoute le professeur Ziri, le traumatisme apparent peut cacher des lésions mortelles au niveau des organes vitaux tels que le foie, la rate... en plus du traumatologue, la présence du neurochirurgien, du chirurgien viscéraliste est requise. Cette rencontre doit se terminer par des recommandations à mettre en œuvre en vue d’une prise en charge efficiente des malades», déclare le DG de l’établissement hôte. «Le CHU de Tizi-Ouzou est devenu une école, une référence en matière de formation médicale continue. On a tous besoin d’être recyclés pour être au top niveau des sciences médicales», conclut notre interlocuteur. Le DG annonce, par ailleurs, la prochaine ouverture d’un service de chirurgie vasculaire au niveau de l’hôpital Belloua, sur les hauteurs du chef-lieu de wilaya. «Tout est sur place sauf la ressource humaine actuellement en formation», ajoute-t-il en mettant l’accent sur l’importance de cette discipline. La formation en vue d’une parfaite maîtrise du savoir technique et médical, la réduction des transferts à l’étranger, l’amélioration continue de l’accueil et de la prise en charge des malades constituent les éléments essentiels du tableau de bord du CHU de Tizi-Ouzou, selon le professeur Ziri qui n’omet pas de souligner les efforts déployés par son prédécesseur à la tête du CHU.
B. T.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable