Mondial : EN TROIS RENCONTRES, SAÂDANE A UTILISÉ 18 JOUEURS
Fin de carrière internationale pour Saïfi, Gaouaoui et Mansouri


C’était le début de la fin d’une carrière bien remplie pour trois cadres de l’EN. Lounès Gaouaoui, Rafik Saïfi et Yazid Mansouri ont mis un trait définitif à leur carrière internationale.

De notre envoyé spécial en Afrique du Sud, Mohamed Bouchama
La Coupe du monde 2010 était leur plus cadeau d’adieu des terrains du football international. Même s’il faut juste regretter que Mansouri et Gaouaoui, à sa savoir l’ex-capitaine et son adjoint, n’aient disputé aucune minute de cette grandiose manifestation mondiale qui s’est achevée pour l’EN mercredi dernier, à Pretoria, contre les Etats- Unis. Trois joueurs qui ont, chacun à sa manière, apporté une pierre à l’édifice de Rabah Saâdane, lequel n’avait pas vraiment la conscience tranquille de les voir suivre le Mondial depuis le banc des remplaçants. «Ce sont tous mes enfants et je n’ai pas de préférence pour l’un au détriment de l’autre», rappelait continuellement le sélectionneur Saâdane qui contrairement à la CAN- 2010 a mis dans le bain sept nouvelles têtes dont cinq (Kadir, Boudebouz, M’Bolhi, Mesbah et Guedioura) ont joué une partie où l’ensemble des matches de la sélection en Afrique du Sud. Seuls Bellaïd et Medjani, pas entièrement remis de leurs blessures contractées à Crans-Montana, n’ont pu avoir leur chance de jouer, ne serait-ce qu’une minute, à l’occasion de cette épreuve planétaire qui fait rêver les plus grandes stars mondiales du football dont certains n’ont pas vu leurs noms gravés au panthéon de ces émérites participants à une phase finale d’une Coupe du monde. Rabah Saâdane que beaucoup qualifiaient de conservateur «pur et dur», a joué l’alternance dans les bois, et il avait ses raisons. La blessure de Chaouchi n’était pas la seule à présider à l’émergence, pour le moins extraordinaire, de Rais M’Bolhi, un gardien de la trempe des grands et qui, à lui seul, a empêché le naufrage certain de l’EN contre les Yankees. Que dire alors de Kadir, utilisé dans un registre qu’il découvrait pour la première fois de sa vie contre la Slovénie, lui qui a disputé les deux matches amicaux contre l’Eire et les EAU en tant que milieu gauche. Le Valenciennois, autant que le gardien de Slavia Sofia, aura certainement l’envie de changer d’air pendant cette saison estivale. VA aura en tout cas du mal à empêcher un transfert qui peut lui faire gagner de l’argent en vue de repartir sur de nouvelles bases en L1 cette saison. Pour M’Bolhi, il faudrait bien que MU de Sir Alex Fergusson se bouge s’il veut s’assurer les services d’un portier que les Bulgares de Slavia ne peuvent retenir, eux aussi, vu les sollicitations émanant de grands clubs d’Europe. Yebda, que tous en Afrique du Sud ont désigné meilleur joueur algérien de ce Mondial, et, à un degré moindre Lacen, trouveront à leur retour à la maison une boîte aux lettres bien remplie. Contrairement à des joueurs comme Djebbour, Ghezzal et autres Saïfi et Abdoun qui devront, à coup sûr, poursuivre leur carrière, du moins cette saison, au sein de leurs clubs actuels. Quant à Yahia, Matmour, Halliche et Bougherra, auteurs d’un tournoi presque parfait, l’été qui s’annonce chaud risque d’être pour eux une nouvelle occasion d’aller voir ailleurs.
M. B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable