Actualités : BLIDA : ILS ONT ÉTÉ EXPULSÉS DU MARCHÉ GUESSAB
Des centaines de vendeurs marchent dans les rues de la ville


Ils étaient plus de quatre cents vendeurs à protester, hier, contre la décision prise par l’APC de Blida de les expulser des alentours du marché Guessab où ils avaient indûment élu domicile pour vendre toutes sortes de produits, allant des fruits et légumes jusqu’aux effets vestimentaires.
Leur protestation consistait, en effet, à marcher du lieu de leurs commerces «illicites», à savoir le marché Guessab, situé en face du stade olympique Mustapha-Tchaker, jusqu’au siège de la mairie de Blida où ils ont observé un sit-in. Ils revendiquaient une solution définitive à leur problème qui n’était autre que la régularisation de leur situation, et ce par l’officialisation de la pratique légale de leur commerce. La ville a été paralysée, hier, et certaines rues, tel le boulevard Laïchi- Abdellah, menant vers le siège de l’APC, ont été fermées à la circulation. Tout le long de leur marche, les protestataires faisaient entendre à tuetête leur requête. «Nous voulons une solution immédiate à notre problème. Autrement, nous mettrons à feu la ville de Blida», tonnaient certains vendeurs, excédés par la décision de l’APC. Ce à quoi des citoyens blidéens répliquaient : «La prison de Chaïba est toute neuve, allez-y, il y a encore de la place». Il y a lieu de préciser que la majorité de ces vendeurs n’habitent pas Blida. Ils viennent des wilayas limitrophes et passent leurs nuits dans les bains maures situés dans la périphérie du marché Guessab. «Chaque fin de journée, nous sommes obligés de nettoyer à grande eau le site extérieur du marché Guessab pour le débarrasser des immondices laissées par ces vendeurs», nous dira un responsable de l’APC de Blida. Il est vrai que l’anarchie régnait dans les différentes entrées du marché Guessab, devenu un lieu dangereux. Les citoyens, notamment les femmes se plaignaient de l’insécurité qui prévalait dans cet endroit où plusieurs vols ont été enregistrés. Toutefois, les vendeurs ne l’entendent pas de cette oreille. Eux, disent que s’ils ont accaparé le marché Guessab, c’est pour gagner honnêtement leur vie et éviter de s’adonner à la vente de la drogue et autres produits prohibés. Enfin, nous avons appris qu’une commission vient d’être installée au niveau de l’APW de Blida pour recenser ces vendeurs en vue de les replacer dans des marchés parisiens qui seront aménagés dans deux sites à savoir à la cité des Bananiers et à la cité Benboulaïd.
M. B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable