Périscoop : Zahra, la rose que l’on disait fermée

«C'est une athlète quelconque. Et si la fédération a déboursé 4 000 euros pour son opération, c'est parce que tout simplement c’est son père qui préside la FAA.»
Ce sont là les propos d’un entraîneur bien connu dans les milieux de l’athlétisme tenus il y a quelques années au sujet de l’athlète Bouras Zahra, qui vient de remporter la médaille d'or des Championnats d’Afrique au Kenya devant une pléiade de... championnes internationales.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable