Sports : ZAHRA BOURAS CHAMPIONNE D’AFRIQUE DU 800 M
Une nouvelle rose pour l’athlétisme algérien


Nul n’aurait parié un kopeck sur la médaille d’or de Zahra Bouras au 800 mètres des Championnats d’Afrique d’athlétisme, car tous les éléments étaient en apparence contre elle comme la réputation, le palmarès et l’expérience de Janeth Busienei Jepkoskei, médaillée d’argent derrière Zahra Bouras.
La vice-championne d’Afrique du 800 mètres n’est autre que la vice-championne du monde du 800 mètres à Berlin en 2009, vice-championne olympique à Pékin et championne du monde en 2007 à Osaka, avec un record personnel 1 :56,04 et un temps de 1 : 57,84 en 2010 et qui en plus, a couru chez elle à Nairobi devant 40 000 Kenyans scandant son prénom «Janeth, Janeth» Cette pression énorme n’a eu aucun effet sur notre petite Algérienne du club de la petite commune d’El Achour. Nairobi, où l’athlète kenyane a l’habitude de s’entraîner, est en altitude et cela aurait dû jouer logiquement en la défaveur de l’Algérienne. Cette donnée n’a pu ébranler la détermination de Bouras qui a couru très intelligemment en attaquant dans les derniers 50 mètres avec un étonnant relâchement, qualité essentielle digne des grandes athlètes des courses de demi-fond. Le coach de Zahra, Mahour Bacha «Dadi», qui est également celui de notre double champion d’Afrique 2008 et 2010 du décathlon Bouraâda, avait des appréhensions pour la finale car la course de la demi-finale de Bouras et de Jepkoskei a été beaucoup plus vite que celle de l’autre prétendante au titre, la Marocaine Hachlaf, 4e performer mondiale de l’année 2010, championne en titre des Jeux méditerranéens et surtout première du meeting Golden Gala de Rome qui appartient à la Diamond Ligue de l’IAAF, qui a abandonné dans les derniers 50 mètres de la course. Les appréhensions de Mahour Bacha venaient du fait qu’il n’y avait qu’un seul jour de récupération et que son élève est toute nouvelle sur la course du 800 mètres, surtout que c’est sa première véritable compétition de ce niveau sur cette distance. Mais sur la piste, Zahra a étonné son coach en donnant la troisième médaille d’or à l’Algérie après celle de Bourraâda au décathlon et Hadj Laâzib au 110 mètres / haies. La jeune Zahra, qui a été championne d’Algérie minime du saut en hauteur, a dû abandonner cette discipline pour des problèmes récurrents au dos et elle a dû subir une opération en 2008 pour une double hernie discale, pour se tourner vers le 400 mètres après avoir réussi à battre le record d’Algérie de cette distance en 2009. Apparemment, la faute classique faite par de très nombreux athlètes du 400 mètres qui tardent de monter vers le 800 mètres, a été évitée à Bouras qui est un de nos plus grands espoirs pour une médaille aux prochains Jeux olympiques de Londres.

ZAHRA BOURAS AU SOIR D’ALGÉRIE :
«C’est une immense surprise»

Le soir d’Algérie : Félicitations Zahra, vous nous avez donné un immense plaisir.
Zahra : Merci à vous et à tous ceux qui m’ont supportée.
Dure la course ?
Non, pas tellement ; ce qui est par contre dur c’est les cris et les bruits des supporters de Janeth avec toute la pression que cela génère mais avec toute l’aide de notre délégation, j’ai su garder mon calme et rester concentrée sur la course.
Vous réalisez que vous avez battu Jepkoskei ?
Franchement non, je sais que c’est une immense surprise pour le peuple kenyan surtout ce matin quand j’ai vu la presse kenyane. Mais pour moi la plus dangereuse dans la course c’était Hachlaf la Marocaine et quand j’ai vu que je l’avais dépassée et qu’elle n’avait pas réagi j’ai compris que je pouvais gagner la course en restant relâchée et concentrée sur ma technique.
Championne d’Afrique, qu’est-ce que cela vous inspire ?
Très très heureuse surtout avec tous les sacrifices durant toutes ces années, études, entraînements, sacrifices de mon coach «Dadi», mes amis, ma famille, ma mère, mes sœurs et tous les autres coachs.
Vous êtes la fille de Amar Bouras, entraîneur de Hassiba Boulmerka et Azzedine Brahmi, est-ce que cela vous gêne ou vous avantage ?
Mon père est cooooolll. Il interdit que les histoires du stade rentrent à la maison mais il m’encourage énormément sans être envahissant et il ne se mêle presque jamais du travail de mon coach qui est en plus son ami. Je vais quand même l’embêter un peu car j’espère que je pourrai lui chiper le record d’Algérie du 800m détenu par notre modèle Hassiba. Comme cela il ne me chambrera plus chez nous en me disant : «Tu n’auras droit de parole que quand tu feras mieux que mon athlète sur 800 mètres.» Si je réussis à battre le record du 800m, ce sera mon tour de le chambrer.
Merci Zahra, bon courage pour la suite !

Merci à votre journal qui parle toujours de notre sport, l’athlétisme.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable