Actualités : ALORS QUE LES CORPS DES SEPT TERRORISTES ABATTUS LA VEILLE ONT ÉTÉ ACHEMINÉS VERS LA MORGUE DE TIZI-OUZOU
Deux nouveaux terroristes abattus


Il était évident, dès son déclenchement, au petit matin de samedi, que l’opération engagée par les troupes de l’ANP dans le massif de Berrekmouche, à Béni-Yenni, est de celles qui font forte impression, autant par les effectifs et moyens engagés que par l’intensité de la puissance de feu, tout simplement impressionnante, de l’avis de plus d’un dans une région où, pourtant, des opérations anti-terroristes d’envergure, on en a vu depuis près d’une vingtaine d’années maintenant.
Bien qu’ayant connu quelques intermèdes, dans la nuit de samedi à dimanche notamment, l’opération est toujours aussi intense que lorsqu’elle a débuté et, selon des sources locales, tout semble indiquer qu’elle est partie pour durer dans le temps, peut-être aussi longuement que celle d’il y a deux étés de cela qui, rappelons-le, a eu cours deux mois durant. Pas loin d’une soixantaine de jours sans que, toutefois, les militaires n’arrivent à délocaliser les terroristes ayant trouvé refuge dans la région, contrairement à cette fois-ci puisque, toujours selon des sources locales, les éléments de l’ANP sont venus à bout de deux autres terroristes dans la journée d’hier, et dont les corps ont été aperçus par les citoyens lorsque les militaires les sortaient de la forêt de Berrekmouche. Ainsi, en attendant les confirmations officielles, trente-six heures après le déclenchement de l’opération, ce sont neuf terroristes qui ont été abattus. Hier matin, les corps des sept terroristes abattus la veille, lors de l’assaut donné par les militaires avec d’importants moyens humains et logistiques, ont été exposés sur la place publique, devant les locaux de la brigade de la Gendarmerie nationale de Beni-Yenni, avant d’être acheminés vers la morgue du CHU de Tizi- Ouzou. Selon des informations sécuritaires recueillies sur place à Beni-Yenni, le groupe terroriste du GSPC pris dans les mailles des militaires durant cette opération serait composé d’une trentaine d’éléments bien armés. Notre source ajoute que la présence de ces terroristes dans cette région fortement boisée serait liée à des actions terroristes que le groupe du GSPC s’apprêtait à perpétrer dans la région. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que le groupe terroriste encerclé à Berrekmouche n’est pas celui qui multiplie les actions depuis le mois de juin dernier dans les environs des Aït Ouabane et des Aït Allaoua, au niveau du lieu dit Agouni Lahoua aux frontières des wilayas de Tizi-Ouzou et Bouira. Selon les analyses faites par les observateurs de la scène sécuritaire dans la région, le groupe terroriste activant dans la région d’Iboudrarène et Aït Ouabane, et qui est composé d’une dizaine d’éléments, ferait dans des actions de diversion pour «détourner l’attention et la vigilance» des services de sécurité pour permettre au groupe de Berrekmouche de se «préparer» tranquillement.
A. M. et Sadek Aït-Salem

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable