Sports : FOOTBALL
POINT DE PRESSE DE RABAH SAÂDANE (ENTRAÎNEUR DE LA SÉLECTION NATIONALE) :
«Période difficile, match difficile»


Le sélectionneur national, Rabah Saâdane, a tenu hier un point de presse au centre de presse du stade du 5-Juillet. Le coach national a annoncé le programme des Verts en prévision de la rencontre face à la Tanzanie, qui aura lieu le vendredi 3 septembre au stade Mustapha-Tchaker à Blida. Ce match compte pour la première journée des éliminatoires de la CAN 2012, qui aura lieu conjointement au Gabon et en Guinée équatoriale.
Comme à l’accoutumée, l'arrivée des joueurs se fera d’une façon progressive. Saâdane a programmé 5 séances d’entraînement : 4 auront lieu sur la pelouse du stade 5-Juillet alors que la dernière séance se déroulera demain mardi, sur le terrain principal du stade Mustapha- Tchaker à 22h30. Pour ce rendez-vous, le staff technique avait fait appel à 22 joueurs mais avec le forfait de Kadir, le nombre s’est réduit à 21 dont trois gardiens. Saâdane n’a pas jugé utile de remplacer le Valenciennois. Dans sa liste, le coach national a coché pour la première fois Mohamed Chakouri, supervisé par le staff national quelques semaines avant la dernière Coupe du monde. Le latéral droit de Charleroi, et ancien international espoirs français, a été appelé pour occuper le même poste, latéral droit. Un flanc qui fait toujours défaut aux Verts depuis la mise à l’écart de Fadel Brahami. «La porte de la sélection est toujours ouverte, et nous continuons à superviser les joueurs, même ceux qui évoluent dans le championnat local», confiera le sélectionneur national. Une fois de plus, Saâdane a tenu à manifester ses craintes par rapport à la méforme des joueurs de l’EN. «Je vous informe que la plupart de nos joueurs ont eu un repos passif de 3 à 4 semaines et pour la majorité, ils n'ont repris le service avec leurs équipes que depuis quelques semaines. Il est clair que physiquement, ça ne va pas être le top», avoue-t-il. Saâdane, qui ne cache pas ses appréhensions quant à cette première sortie officielle contre la Tanzanie, affirme : «Je crains ce premier match qui intervient dans une période difficile pour nous. Le mois de septembre a été toujours le plus difficile pour l'EN. Nous ne serons pas du même niveau que lors de la Coupe du monde. Ça va être très difficile, surtout qu'on aura en face un adversaire tanzanien de très bonne valeur. Il va falloir compter avec cette équipe dans ce groupe des éliminatoires ». Et d'ajouter : «Nous allons essayer de gérer cette période très délicate du mieux que l'on peut», avant d’enchaîner «toutefois, notre objectif demeure la victoire. Pour cela, nous allons développer un jeu varié».
Amine Andaloussi

«Blida, c’est un choix concerté»
«Le stade Tchaker de Blida nous a porté chance durant les éliminatoires jumelées pour la CAN et le Mondial 2010. Nous avons fait le plein là-bas grâce au soutien de notre galerie qui pèse sur l’équipe visiteuse. Cette décision a été prise en commun accord avec les joueurs et entérinée par le bureau fédéral qui l’a cautionnée», dira Saâdane au sujet de la domiciliation des Verts à Blida. Ainsi, la sélection nationale débutera les éliminatoires de la CAN 2012 contre la Tanzanie à Blida. Saâdane espère que le stade Tchaker lui portera de nouveau chance, loin de la pression du temple olympique.
A.A.

IL REVIENT SUR SON ÉCART DE LUANDA :
«Lemouchia a dépassé les limites»

Encore une fois, le cas Lemouchia refait surface. Au cours d’un point de presse, le technicien national n’a pas caché sa colère, au point d’adresser de sévères mises en garde. «Dorénavant, je ne vais plus me taire. Chaque personne qui touchera à ma personnalité, c’est devant le juge qu’elle devra répondre», lancera-t-il à ses interlocuteurs, interloqués par cette sortie inhabituelle du coach national. Le comportement de Khaled Lemouchia à son égard et ses sorties médiatiques l’ont touché. «J’étais vraiment étonné de lire dans la presse que Lemouchia veut un face-à-face en public et en présence de la presse. Lemouchia a vraiment dépassé les limites. Et pourtant, j’ai beaucoup fait pour ce joueur, que ce soit au sein de l’Entente de Sétif, ou en équipe nationale», affirme Saâdane. Huit mois sont passés depuis la CAN d’Angola avant que le coach national ne décide de briser le silence. «Au lendemain de notre défaite face aux Malawi, nous avons demandé aux joueurs d’être solidaires, car on avait un test difficile face au Mali. Tout le monde était d’accord sauf Lemouchia, qui avait tenu à venir me parler pour dire que le onze-type est composé par la Présidence et bien d’autres choses que je ne tiens pas à répéter. Il a redit la même chose devant le président de la FAF, M. Raouraoua. Nous avons alors décidé de l’écarter», dira Saâdane. «Lemouchia, qui n’avait pas cessé de pleurer à l’aéroport, m’a supplié de maquiller sa mise à l’écart tout en disant qu’il a des soucis familiaux. En fait, il avait à l’époque des contacts avec des clubs. A mon retour à Alger, j’ai eu l’occasion de le rencontrer et il m’a présenté ses excuses, que j’ai d’ailleurs acceptées. J’ai même fait le déplacement en Libye pour le superviser avec la sélection des locaux. J’avais constaté que Khaled n’avait pas retenu la leçon, car l’arbitre tunisien qui officiait la partie avait saisi Benchikha pour qu’il le fasse remplacer car il encourait l’exclusion», précise Saâdane qui a exigé des excuses officielles de la part de Lemouchia. «J’ai saisi son président Serrar que son joueur me fasse des excuses, sinon il sera traduit devant conseil de discipline de la FAF puis sanctionné lourdement», a-t-il conclu.
A. A.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable