Culture : ROMAN AÏCHA, DE DJAMEL-EDDINE SELHAB
Belle et rebelle


C’est le premier roman de Djamel-Eddine Selhab. Il raconte l’histoire d’une famille dont les racines débutent à Ouled Adi, un petit village du Hodna, près de M’sila et qui étendra ses ramifications jusqu’à Alger. Aïcha, fille unique de si Mohamed et de lla Zhor, vivra centenaire et fondera une grande famille.
Après un premier mariage raté avec si Mahmoud, un notable sans scrupules, elle épouse Si Kaddour. D’abord paysan, il devient couturier à Alger avant d’ouvrir son propre atelier de confection. Aïcha quitte son village où les conditions de vie sont des plus rudes pour une vie plus confortable dans la capitale. A La Casbah où elle réside dans un premier temps, elle trouve chaleur et sympathie auprès de lla Mouni, sa locatrice qui l’initie à la vie citadine. «En été, les femmes préparaient la aoulade l’hiver en conservant les légumes de saison... La vie s’écoulait ainsi avec ses surprises et ses déceptions. Aïcha oublia complètement son village natal. Elle était devenue une citadine sous la coupe de lla Mouni qui lui transmettait tout son savoir.» (P.81). Parallèlement à la vie de Aïcha, le lecteur plonge dans les événements qui ont manqué l’Algérie au cours du XXe siècle : les expropriations coloniales, la guerre de Libération nationale, le bombardement d’Alger lors de la Seconde Guerre mondiale... «C’était faire preuve d’une naïveté déconcertante que de croire les Français aussi magnanimes pour abandonner un pays aussi riche. La vengeance fut terrible : quarante-cinq mille Algériens furent massacrés en très peu de temps...» (P.95). Aïcha, la matriarche est autoritaire. Elle veut que ses enfants et petits-enfants lui obéissent au doigt et à l’œil. Elle ne comprend pas que les temps ont changé, exigeant de régner en maîtresse absolue sur sa tribu. «C’était toujours les personnes âgées qui reprenaient le flambeau en perpétuant les valeurs non sans les avoir un peu modifiées... Maintenant que son tour était venu on lui déniait ce droit, elle qui s’était toujours pliée de bonne grâce aux valeurs ancestrales et à ses aînées»... (P.137). Une écriture fluide et un roman attrayant qui se laisse lire avec plaisir !
Sabrinal
Aïcha, de Djamel-Eddine Selhab, Hibr éditions, 2010, 160 P. 400 DA

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable