Culture : ALGER, UN LIEU, UNE HISTOIRE
LA BASILIQUE DU SACRÉ-CŒUR
La belle dame en béton


Un jeu de lignes étonnant, des courbes galbées, une allure élancée. Impossible pour la basilique du Sacré- Cœur de passer inaperçue. Sur le plan initial dessiné par Paul Herbé et Jean Le Couteur, un parvis était prévu à l’emplacement de l’actuelle station services Naftal (rue Didouche-Mourad). Démarrée en 1958, la construction de cette église fut achevée en 1962. Les anciens de ce quartier se souviennent peut-être encore de ce jour de mars 1961, où un hélicoptère tournoyait au-dessus de leur tête.
Il avait pour mission de hisser une énorme croix au sommet de l’église.
Que le meilleur gagne !
Le 11 février 1944, Monseigneur Leynaud, archevêque d’Alger de l’époque, émet le vœu d’élever une «belle est grande église» à Alger. Il jette son dévolu sur le terrain même sur lequel les Dames du Sacré-Cœur, arrivées à Alger fin 1842, avaient construit un collège. Ce dernier avait fermé ses portes en 1904, à la faveur de la loi de séparation des biens de l’Eglise et de l’Etat. Pour ce projet de construction, un concours auquel participent une pléthore d’architectes est organisé. Le 14 mars 1956, les résultats sont révélés en présence de Monseigneur Duval, nouvel archevêque d’Alger. Les plans des architectes Paul Herbé et Jean Le Couteur, assistés de l’ingénieur René Sarger, sont retenus.
Une œuvre d’art
Les travaux commencent début 1958. Dotées d’une architecture moderne et originale, la coupole élancée s’élève à 35m audessus du sol de la nef et repose sur quatre arcs de béton eux-mêmes soutenus par huit piliers. L’utilisation du béton armé a permis à cette belle «dame» d’avoir cette allure élancée et ce galbe saisissant. La nef mesure 52 m de longueur sur 35 m de large et comprend plus de 500 places assises. A l’entrée de la nef, des orgues offertes par la paroisse de Boufarik. Une mosaïque carrée datée de 324 provenant de l’ancienne basilique d'inspiration romaine de Castellum Tingitanum (Chlef, ex-Orléansville) y fut découverte en 1843. L’église y est symbolisée sous la forme d’un labyrinthe. Quant aux vitraux, ils sont signés par le maître verrier Henri Martin- Granel.
De l'église à la cathédrale
Achevé en 1962, la basilique du Sacré-Cœur fut consacrée cathédrale juste après l’indépendance. La messe y est toujours célébrée pour la communauté chrétienne.
Sabrinal
sabrinal_lesoir@yahoo.fr

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable