Actualités : IMPORTATION DE BLÉ PAR L’ALGÉRIE
La France veut la tête du peloton


Les Français veulent rester en tête des pays exportateurs de blé vers l’Algérie. C’est du moins ce que laissait entendre, hier, le président de France export céréales (FEC), M. Jean-Pierre Langlois Berthelot. Dans un communiqué de presse, il a affirmé que «l’Algérie, après une récolte en net recul par rapport à l’année dernière, aura besoin d’importer plus de céréales, et pourra continuer à s’approvisionner auprès de la France».
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - L’intervention du responsable français ne souffre aucune ambiguïté. Les céréaliers veulent devancer les fournisseurs en blé dans la région du Maghreb, à l’image du Canada. Les organisateurs de cette 14e rencontre franco-française ont tenu à relever «la qualité de la nouvelle récolte française 2010, qui, avec 38 millions de tonnes de blé moissonnées devrait satisfaire les besoins de ses clients les plus exigeants». Le président du FEC a mis en avant également d’autres facteurs qui font de l’Hexagone le fournisseur principal de l’Algérie en blé. A ce titre, il cite notamment l’homogénéité de la production, estimée à 38 millions de tonnes en 2009, l’année favorable à la production d’autres dérivés, mais surtout le niveau des prix, intéressants pour les acheteurs. C’est dire que la France s’apprête à livrer une vraie «bataille du blé» à ses concurrents directs, comme le Canada, dont la qualité du blé est généralement irréprochable. Selon des observateurs, avec 38 millions de tonnes de blé, les agriculteurs français se positionnent dans le Maghreb, dont l’Algérie, et se fixent un objectif à long terme au vu des développements et de la tendance du marché mondial des céréales, notamment dans le segment du blé de qualité haut de gamme ainsi que l’orge. Ceci étant, les importations algériennes placent l’ancienne puissance coloniale en tête des fournisseurs de l’Algérie avec 75 % de part du marché du blé. Cette proportion devrait accroître du fait que les opérateurs algériens commencent à délaisser le marché nord-américain pour se rabattre sur la France. Considérée comme un gros importateur de blé dans le monde, l’Algérie avait importé 1,5 million de tonnes de blé dur de France, soit la moitié des quantités importées des Etats- Unis. Mais dans les années à venir, les commandes algériennes de blé en provenance de France devraient augmenter considérablement, aux dépens des fournisseurs américains, en raison de la proximité du marché français. Enfin, cette 14e rencontre a également abordé le point sur les tendances et perspectives des marchés céréaliers internationaux. Comme il a été évoqué la sécheresse qui a touché une grande partie des pays exportateurs en Europe, en particulier la Russie, ce qui a «engendré une hausse exceptionnelle des prix du blé sur le marché».
A. B.
youcefabder@hotmail.com

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable