Monde : Le sauvetage des mineurs chiliens a captivé le monde entier

La remontée à l'air libre des mineurs chiliens a été suivie hier minute par minute par des millions de personnes à travers le monde, l'événement suscitant un immense intérêt humain et bénéficiant d'une couverture médiatique sans précédent.
La sortie, avant l'aube hier matin, dans l'air froid du désert d'Atacama, de Florencio Avalos, premier des 33 mineurs à sortir après avoir été bloqué depuis 69 jours à plus de 600 mètres sous terre, a été retransmise en direct sur les grands réseaux dans le monde. Le sauvetage des mineurs chiliens était à la Une de toute la presse américaine hier, le New York Times et le Washington Post ayant, semble-t-il, retardé leur heure de bouclage pour publier des photos du premier rescapé. Les opérations de secours ont été suivies en continu notamment par CNN international, BBC World, Sky News en Grande-Bretagne, iTele et BFM en France, Euronews en Europe, et les principales chaînes japonaises. «Je devais prendre ma journée et je prévoyais de rattraper des lectures en retard mais je suis resté scotché à mon écran d'ordinateur pour suivre en direct les opérations de secours», a déclaré Tetsuro Umeji, professeur d'anglais à Kudamatsu, au Japon, cité par la BBC. «C'est absolument incroyable ! Félicitations au Chili ! Je croise les doigts jusqu'à ce que le dernier des 33 mineurs soit sorti », at- il ajouté. A Washington, le président Barack Obama a assuré avoir été captivé lui aussi par l'aventure de ces 33 hommes, qui ont établi un nouveau record de survie sous terre. «Nos pensées et nos prières vont aux courageux mineurs, leurs familles ainsi qu'aux hommes et aux femmes qui ont travaillé dur pour les sauver», a-t-il dit dans un communiqué diffusé par la Maison Blanche. Dans le monde hispanique, le sauvetage des min eurs a totalement dominé les journaux d'information diffusés sur les radios et télévisions et les sites internet. L'agence de presse et la télévision publique de la République populaire de Chine étaient également sur place tandis que les portails d'information sur internet Sohu et Sina diffusaient des pages spéciales avec tous les détails sur les opérations de sauvetage. Des internautes ont cependant réagi avec amertume en Chine, où les mines sont considérées comme les plus dangereuses au monde. «Bienheureux ceux qui sont nés au Chili. S'il s'était agi de nous, sans aucun doute nous serions morts enterrés vivants», estimait un contributeur sur sohu.com. «L'opération de secours au Chili a humilié la Chine. Il suffit de considérer le nombre de mineurs chinois tués dans les catastrophes minières», jugeait un autre internaute dans un message en ligne. Partout en Asie du Sud-Est, à Singapour, en Corée du Sud, en Thaïlande ou au Vietnam, la nouvelle de la libération des premiers mineurs a été accueillie avec enthousiasme. En Australie, les opérations ont été également suivies en continu par les stations de radio, les chaînes de télévision et les sites web. Au Qatar, la chaîne satellitaire en anglais Al-Jazeera avait un correspondant sur place qui détaillait les dernières opérations sur la plateforme mondiale de microblogs Twitter. Le président vénézuélien Hugo Chavez a également utilisé Twitter pour exprimer sa satisfaction et saluer les mineurs et leurs sauveteurs. «Nous sommes avec le Chili ! Que Dieu soit avec vous», a-t-il écrit. En Autriche et aux Pays-Bas, le sauvetage des mineurs chiliens fait la Une de la plupart des grands journaux. La télévision autrichienne y a consacré une émission spéciale avec un suivi en direct des opérations, ce qui est rare pour des événements à l'étranger. Sur le site de la mine de San José, les autorités se sont trouvées à court de badges à distribuer aux médias et ont dû se résoudre à donner des cartes d'accréditation écrites à la main aux journalistes qui ont afflué de très nombreux pays.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable