Samedi 08 Janvier 2011
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML



BATAILLES RANGÉES ET ÉDIFICES DÉTRUITS ET BRÛLÉS
Les deux folles nuits d’Alger

Les efforts engagés par les agents de Net Com en charge du nettoyage n’ont pu effacer les traces des violentes émeutes de la veille. Les traces sont visibles partout. Que ce soit à Bab El-Oued, Bachjarrah, les Eucalyptus, Bordj-El-Kiffan ou Dar-El- Beida, les «traces» des affrontements ayant opposé, des heures durant, des émeutiers aux forces de l’ordre sont perceptibles. Fait rarissime : seul Alger- Centre a échappé à la «casse». Récit de deux folles nuits à Alger. Suite...


La «bataille» de Aïn Benian

Aïn Benian, dans l’Ouest d’Alger, a vécu une soirée agitée ce jeudi 6 janvier 2011. Des émeutes ont éclaté, en signe de protestation contre la récente hausse des prix de certains produits alimentaires de base. Suite...


ÉMEUTES À AIN TAYA, BORDJ-EL-KIFFAN ET BORDJ-EL-BAHRI
Vandalisme à grande échelle

Bien que Aïn-Taya, Bordj-El-Kiffan et Bordj- El-Bahri connaissent, depuis quelque temps, des mouvements de protestation cycliques, ce qui s’est passé ces derniers jours est hors du commun, inquiétant et jamais vécu. Un vandalisme à grande échelle. Suite...


Belouizdad s’embrase

La protestation a gagné hier le quartier populaire de Belouizdad. Les affrontements entre les manifestants et la police anti-émeutes ont éclaté vers 14h. Suite...


EMBRASEMENT DANS PLUSIEURS VILLES DE LA VALLÉE DE LA SOUMMAM, LE CHEF-LIEU DE WILAYA ET KHERRATA
De nombreux édifices publics incendiés, une vingtaine d’arrestations et plusieurs blessés

A l’instar des autres régions du pays, plusieurs villes de la vallée de la Soummam ont été le théâtre de violentes scènes de révolte sociale ce jeudi. Des centaines de jeunes ont spontanément investi la rue pour protester contre la flambée subite des prix, la malvie, le chômage et la crise de logement qui rythme le quotidien des populations locales, malgré l’embellie financière du pays. Suite...


ÉMEUTES
La classe politique réagit

Les émeutes qui se sont propagées aux quatre coins du pays et provoquées initialement par la flambée des prix ont suscité les réactions des partis politiques qui, pour la plupart, dénoncent «les actes de vandalisme» et pointent un doigt accusateur sur «la hausse anarchique des prix des produits de première nécessité qui nuit gravement au pouvoir d’achat des citoyens». Suite...


ILS MANIFESTENT SUR INTERNET
Les émeutes font le tour de la toile

Des images montrant des jeunes révoltés dans la rue, des vidéos filmant les affrontements entre la population et les agents de l’ordre et des commentaires sont mis en ligne et remis à jour. L’information et les réactions sont instantanées. Un internaute a mis la photo de bouteilles d’huile de cinq litres sur la vitrine, sur le même étal que les bijoux, une façon de dire que c’est hors de portée ! Suite...


ORAN
Week-end d’émeutes

Juste après la prière du vendredi, des émeutes ont éclaté un peu partout dans la ville d’Oran. A Petit-Lac, El-Hamri, Delmonte… des jeunes ont incendié des pneus et bloqué les routes, des pierres fusaient de toutes parts en direction des édifices publics, puis des policiers venus en renfort. On parle même de blessés de part et d’autre. L’information a rapidement circulé au centre-ville où des jeunes ont fait de même au niveau de la rue Caviniac. Suite...


Nous sommes comme ça !

Par Maâmar Farah
Pourquoi sommes-nous comme ça ? Qu’est-ce qui nous pousse à être aussi critiques vis-à-vis du pouvoir, de ses pratiques, de ses options, de ses perspectives dans tous les domaines ? Pourquoi, au moment où d’autres confrères nous expliquent que «ça va mieux» et qu’il faut désormais croire dans le «miracle algérien», reconnu d’ailleurs par beaucoup d’observateurs étrangers ; pourquoi, à ce moment précis, sommes-nous les plus sceptiques, les moins enthousiastes à applaudir les chiffres de la croissance et du chômage ?
Suite...


L’Algérie à la Une des médias français et toujours pas pour des événements heureux

Notre pays est, encore une fois, à la Une des médias français et malheureusement pas pour relayer de bonnes nouvelles. Emeutes, troubles, contagion, embrasement… presse écrite ou audiovisuelle se sont emparés des manifestations et s’interrogent sur ce paradoxe : «Comment un pays qui a engrangé des réserves de 155 milliards de dollars peut-il continuer à ignorer la situation catastrophique de sa jeunesse : chômage endémique ; manque de logements, envolée des prix des produits de première nécessité et, en fait, absence totale de perspectives, notamment pour les laissés-pour-compte par un système qui a tout verrouillé pour empêcher l’alternance.
De notre bureau de Paris, Khadidja Baba-Ahmed
Suite...


PROTESTA NATIONALE
La wilaya de Boumerdès s’embrase

La wilaya de Boumerdès, qui a subi une catastrophe naturelle en 2003, qui vit dans un climat d’insécurité causé par les islamistes armés, «réconciliés» ou toujours en activité, et qui traverse une crise sociale qui frappe de plein fouet la jeunesse, ne pouvait rester en marge de la protesta nationale contre les dures conditions de vie imposées à la population par une gestion approximative du pays. Suite...


AÏN-DEFLA
Des échauffourées à Khemis-Miliana et Boumedefaâ

La journée de jeudi a été calme, mais la tension était palpable ici et là. Les incidents de Khemis- Miliana ont débuté en début de soirée. Des jeunes, descendus du quartier Fonal, ont disposé des blocs de pierres sur la RN4, mis le feu à des pneus et lancé des pierres en direction des usagers de la route. Suite...


BLIDA
Plusieurs édifices publics endommagés

La nuit de jeudi à vendredi a été vécue dans l’angoisse et l’affolement à Blida, notamment dans les communes de l’est de la wilaya. A Meftah, en effet, le siège de la daïra a été attaqué par des jeunes en folie, qui en ont saccagé le rez-de-chaussée. De même qu’une succursale de l’Opgi dans cette commune a été dévastée. Suite...


TIPASA
Plusieurs manifestants arrêtés durant les émeutes de jeudi soir

Des sources policières nous ont indiqué que plusieurs jeunes manifestants ont été arrêtés lors des émeutes qui ont eu lieu dans la nuit de jeudi. Suite...


CONSTANTINE
Émeutes en série

En raison de la propagation effrénée des émeutes aux quatre coins de la ville, les agents de l’ordre et les brigades antiémeutes auront vécu une nuit d’enfer. La colère qui couvait à Constantine a donc fini par être extériorisée dans la soirée de jeudi avec une synchronisation pour le moins étonnante. Suite...


BORDJ-BOU-ARRÉRIDJ
Les raisins de la colère

Juste après la prière du vendredi, les émeutes ont repris de plus belle, à Bordj-Bou-Arréridj. Suite...


CHERTÉ DE LA VIE
Des émeutes limitées à Annaba

Des émeutes, quoique limitées à certains quartiers populaires de la ville de Annaba, ont éclaté, vendredi en milieu d’après-midi. Des dizaines de jeunes sont, ainsi, descendus dans la rue au niveau des cités du 8- Mai-1945, Pont-Blanc et Lauriersroses pour manifester leur colère, suite à la forte et subite augmentation des prix des produits de première nécessité, et dire leur mal-vie d’une façon générale, a-t-on constaté. Suite...


HAUSSE DES PRIX
Le président de la Caci s’en remet au gouvernement

Le gouvernement étudie plusieurs options en vue de contrer la hausse des prix des produits de large consommation, selon le président de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci). Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site