Dimanche 20 Février 2011
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Société
Contribution
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML



MARCHE DU 19 FÉVRIER
Mode d’emploi pour casser du marcheur

Par Brahim Taouchichet
Le plan de «casse» de la marche semble tout étudié pour atomiser la masse des manifestants en plusieurs îlots disparates de façon à les décrédibiliser et mieux les maîtriser.
Suite...


SAMIR, YAMANDA, SOFIANE
Ces jeunes qui ont essayé de marcher

Samir et ses amis ont dû faire plusieurs tours avec la voiture avant de pouvoir se garer et accéder à la place du 1er-Mai pour rejoindre les manifestants. Suite...


FACE À UN DISPOSITIF DE SÉCURITÉ IMPRESSIONNANT
Les manifestants pris en étau

Le ton était donné dès les premières heures de la matinée d’hier à la place du 1er-Mai. Un dispositif de sécurité impressionnant encerclait les lieux et tout regroupement a été empêché. Les membres des brigades anti-émeutes ont agi minutieusement tout au long de la journée, jugulant, ainsi, toute tentative d’avancée des groupes de marcheurs. Jouant au chat et à la souris, policiers et manifestants ont entamé un bras de fer inégal qui a pris fin en milieu d’après-midi avec un goût d’inachevé pour la CNCD. Suite...


Réactions à chaud

Achour Idir (Conseil des lycées d’Algérie) :
«Nous assistons à la même répression. Rien n’a changé mais la pression que nous exerçons sur le pourvoir nous permettra d’arracher des acquis, c’est le cas de la suppression de l’état d’urgence. Nous avons besoin de maintenir la pression.
Suite...


CNCD ORAN
Un meeting sous haute surveillance policière

Très tôt dans la matinée d’hier, il y a eu à l’extérieur de la salle Es Saâda, où devait se tenir le meeting de la CNCD Oran, une présence spectaculaire des services de sécurité, mais également à l’intérieur. Ils étaient en civil, mais facilement repérables. Suite...


DISPOSITIF SÉCURITAIRE
La police change de stratégie

La Sûreté nationale a renforcé son dispositif pour encadrer la manifestation organisée, hier, par la Coordination nationale pour le changement et la démocratie. Une nouvelle stratégie a été appliquée par les policiers pour mater les citoyens qui souhaitaient marcher. Suite...


Les Algériens de France, plus que jamais mobilisés

De notre bureau de Paris, Khadidja Baba-Ahmed
Comme à Alger, les Algériens en France ont répondu par deux rassemblements à Paris : l’un le vendredi en fin de journée (18h30) à l’appel du Collectif d’Algérien(ne)s de soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie et le second, hier, samedi à 14h à la place de la République, à l’appel de la Coordination France de la CNCD. Des fissures semblent cependant traverser le collectif qui déclare très officiellement se démarquer de la Coordination nationale.
Suite...


VENUS CASSER LA MARCHE
Les «baltaguia» d’Alger

«Ces jeunes sont sous l’effet des psychotropes. Ce sont aussi les victimes du système», s’exclame un vieux qui observe à partir de la place du 1er-Mai le rassemblement. Suite...


LE CALVAIRE QUE SUBISSENT LES MARCHEURS VENANT DE L’EST D’ALGER
Régionalisme primaire et hogra institutionnalisée

Le pouvoir ne déroge pas à ses règles répressives contre ses opposants qui veulent marcher pacifiquement à Alger. Routes quasiment coupées par des barrages de police et de gendarmerie, bus de transport public interdits de circuler vers Alger et gares ferroviaires fermées. Suite...


Cadres, retraités, étudiants et journalistes étrangers s’expriment

Saïd, 64 ans, retraité : «Nous demandons le départ du système en place»
«Nous voulons un changement radical de ce pouvoir qui est en place depuis 1962. Nos enfants n’ont aucun avenir. Ils se suicident en mer et le gouvernement ne s’en soucie pas. Où sont les richesses algériennes ?
Suite...


Contribution
Algérie : une redécolonisation est-elle possible ?

Par Ahmed Cheniki
Les choses vont mal dans tous les pays arabes dirigés d’une main de fer par des pouvoirs sans légitimité, s’accordant tous les droits et suspectant tous les «peuples» depuis les indépendances. Fichant les uns et les autres, faisant et défaisant tous les appareils, privatisant l’Etat et matraquant une société apeurée, vivant l’innommable.
Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site