Actualités : RÉFORME DU MARCHÉ FINANCIER
Lancement d’un débat national durant ce semestre


Un débat national sur la réforme du marché financier sera lancé durant le premier semestre 2011, selon le président de la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (COSOB).
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - En marge, hier, de la première séance de cotation des titres capital d’Alliance Assurances, Smaïl Noureddine a indiqué que le gouvernement a donné son aval à ce projet. En ce sens, une unité de gestion sera mise en place dès le mois courant et regroupera les différents acteurs de l’establishment institutionnel, bancaire et entrepreneurial. Des ateliers multisectoriels seront organisés et des recommandations seront attendues. Il s’agit de booster le développement du marché des capitaux, encore embryonnaire. Un marché qui manque de services d’investissements efficaces, d’intermédiaires en opérations en bourse nombreux, d’un droit boursier complet et opérationnel et d’un système d’information moderne, selon le président de la COSOB. Mais aussi que l’introduction en bourse soit davantage attractive pour les entreprises notamment privées et que la circulation des capitaux soit effective. Ce qui n’est pas encore le cas, même si une centaine d’entreprises, déjà identifiées, sont éligibles à l’introduction en bourse, selon Smaïl Noureddine. Or, la Bourse d’Alger, où participent à la cotation deux titres de capital (l’hôtel El Aurassi et le groupe pharmaceutique Saidal) et des titres de créance des emprunteurs obligataires (Sonelgaz, Algérie Télécom et la société privée Dahli ainsi que le Trésor), concourt faiblement tant à la création de la richesse nationale. Selon le directeur général de la Bourse d’Alger, Mustapha Ferfera, la capitalisation boursière actuelle (13,2 milliards de dinars en comptant le titre Alliance Assurances) s’avère infime par rapport au Produit intérieur brut (PIB), seulement de 0,1%. A contrario, cette capitalisation représente 30% du PIB au Maroc. En notant que l’encours des titres obligataires est de 70 milliards de dinars pour les trois sociétés émettrices et de 262 milliards pour les obligations assimilables du Trésor (OAT). Toutefois, l’introduction d’Alliance Assurances en bourse, un signal positif selon le P-dg de cette compagnie, Hassan Khelifati, devrait encourager d’autres acteurs à s’y investir.
C. B.



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/03/08/article.php?sid=113956&cid=2