Jeudi 19 Mai 2011
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
LE SOIR NUMÉRIQUE & SAT
Culture
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML



LOUISA HANOUNE AU SOIR D’ALGÉRIE :
«Le bouillonnement social a besoin d’un débouché politique

Entretien réalisé par Brahim Taouchichat
A 56 ans, Louisa Hanoune est toujours aussi d’attaque, aussi déterminée comme il y a 20 ans au sortir de la clandestinité de l’OST (Organisation socialiste des travailleurs, d’obédience trotskyste) malgré quelques ennuis de santé avec l’hypertension. Même si elle a la dent dure à l’endroit de ceux qui pourraient être ses alliés naturels du camp démocratique, la présidente du Parti des travailleurs (PT) revendique «une autre Algérie que préfigurent les grands mouvements sociaux actuels, signe d’une révolution sociale tranquille et intelligente». Pondération, lucidité, responsabilité semblent aujourd’hui les arguments dont elle drape sa démarche politique comparée à celle d’avant. Son parcours et la présence du PT dans les institutions ont-ils fini par faire muer la militante en femme politique ? Plus compréhensive à l’endroit de l’exécutif, voire proche du président Bouteflika qu’elle défend et soutient dans ses décisions politiques, lui a valu d’être taxée de nouvelle alliée du pouvoir. Ce pouvoir que veut abattre la tendance active de l’opposition menée par le RCD du Dr Saïd Sadi pour en finir avec le système. Rencontrer la secrétaire générale du PT pour un entretien de presse, ouvert a fortiori sur tous les questionnements entourant sa démarche, n’est pas de tout repos. 20 ans à la tête du parti, fondé le 29 juin 1990, lui ont-ils forgé un nouveau profil ? Louisa Hanoune s’est au bout du compte prêtée au jeu des questions-réponses, le sourire en coin certes, mais sans pour autant se départir de la fougue habituelle qu’elle met dans ses meetings.
Suite...


Ben Bella, Louisette, le FIS et le mensonge de Dieu

Par Mohamed Benchicou
Tu n’as plus de place dans ta guerre, Louisette. Qu’ont donc à y faire les femmes ? Des êtres fragiles, vouées à l’obéissance ou à la dépravation. Et qu’ont donc à y faire les Kabyles ? Des traîtres ! J’ai pensé à toi, Louisette, en relisant Ben Bella, intermédiaire officiel entre Bouteflika et l’AIS, en train de prononcer sa sentence : «Je ne suis pas en train de profaner des tombes, mais on savait que Abane Ramdane, qui avait pour épouse une ressortissante française, et qui était contre la lutte armée, est la cause des dissensions qui avaient miné la cause algérienne.»(1)
Suite...


SIT-IN ET GRÈVE ILLIMITÉE
Les praticiens maintiennent la pression

Le bras de fer se poursuit entre les praticiens de la santé publique et le ministère de tutelle. Aux menaces proférées par le département d’Ould Abbès, les résidents ont répondu par un rassemblement, tandis que spécialistes et généralistes continuent de paralyser les services. Suite...


INVITÉ PAR L’INTÉRIEUR À FAIRE DES PROPOSITIONS
le RCD dénonce un «simulacre de dialogue»

Si, officiellement, c’est au président du Sénat qu’est dévolue la mission de conduire les consultations dans la perspective des réformes politiques annoncées, c’est, en vérité, au ministère de l’Intérieur qu’est confié le rôle de démarcher les partis politiques. Il a été donné au Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) de le vérifier. Tout en ajustant un commentaire, le parti décline l’invitation. Suite...


RÉUNION VENDREDI DES PAYS DU SAHEL À BAMAKO
Les nouveaux risques sécuritaires au menu

La crise libyenne préoccupe au plus haut point les pays du voisinage du Sahel qui partagent le même souci sécuritaire. Les ministres des Affaires étrangères d’Algérie, du Mali, de la Mauritanie et du Niger se retrouveront vendredi 20 mai dans la capitale malienne, Bamako, pour une réunion de coordination. La délégation algérienne sera conduite par le ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel. Suite...


FACE AUX POSITIONS AMBIGUËS DE L’ÉTAT ALGÉRIEN
Deux députés apportent un soutien franc au CNT libyen

Deux députés algériens viennent d’adresser une lettre de soutien franc et sans ambages au président et aux membres du Conseil national de transition libyen. Suite...


MOSTAGANEM : UNE CATASTROPHE ÉVITÉE DE JUSTESSE
Tentative d’incendie d’une station d’essence

La station-service appartenant à Naftal sur la RN 23 allait partir en fumée au courant de l’après-midi d’hier, mercredi, attaquée par de jeunes manifestants en folie. Suite...


MARCHE DES ÉTUDIANTES, SIT-IN DES ARCHITECTES ET RASSEMBLEMENT DES BÉNÉFICIAIRES DE LOTS DE TERRAIN EN SOUFFRANCE
Le mercredi de toutes les colères à Tizi-Ouzou

Des dizaines d’étudiantes — des résidentes de la cité universitaire de M’Douha — au centre-ville de Tizi-Ouzou, sont sorties hier, en début de matinée, dans une marche improvisée. Suite...


L’ŒIL EN COIN
Grandeur... et indécence

Par Mourad N.
Prudents dans l’expression, mesurés dans le commentaire, les premiers propos découlant de l’affaire DSK, le patron du FMI arrêté à New- York et inculpé d’agression sexuelle, tentative de viol et séquestration, ont vite fait la courte échelle à «la présomption d’innocence», voire au «complot»... Mais voilà que la vidéo montrant l'inculpé menotté sortant du commissariat de Harlem met à mal toute une France confrontée à son premier sex scandal à l’anglo-saxonne !
Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site