Actualités : TIZI-OUZOU
L'association Relais et Solidarité se distingue à Béni-Yenni


L’association sociale Relais et Solidarité de Beni- Yenni, qui active dans toute la localité des Ath Yanni et au-delà à l’échelle régionale, continue de mener ses actions d’aide et d’assistance en direction des démunis.
Et parce que venir en aide et porter assistance à des familles ou des personnes en détresse sociale ou des laissés-pour-compte à cause d’un handicap physique ou mental ne doit pas être un sujet de campagne et encore moins un fonds de commerce pour quelques dividendes, cette association, que préside l’inusable mais non moins discret Hamid Mezar, travaille sans relâche, et presque en secret, à rendre le sourire et surtout la dignité à une frange de la population, malheureusement de plus en plus importante, que les vicissitudes de la vie ont amenée à ne pouvoir vivre que grâce à la solidarité et la générosité des bienfaiteurs et des âmes charitables comme les bénévoles de l’association Relais et Solidarité, et tous ceux qui soutiennent et financent leurs actions. Après les actions de distribution de colis alimentaires pour les nécessiteux, les campagnes de circoncision collective d’enfants et surtout la mise à disposition gratuite de fauteuils roulants pour les handicapés physiques, les membres de l’association Relais et Solidarité de Béni Yenni viennent de franchir un autre pas dans leur œuvre de bienfaisance en prenant en charge la réhabilitation et l’aménagement du domicile d’un démuni social habitant le village Aït-Ali- Ouharzoune, dans la commune Iboudrarène. Handicapé physique de son état, ce père de famille vit dans une vieille masure avec sa femme et ses quatre jeunes enfants. Sollicité par une tierce personne pour un fauteuil roulant en faveur de cet handicapé, le président de l’association Relais et Solidarité s’est immédiatement rendu au domicile du concerné pour prendre en charge son problème. M. Mezar Hamid a été frappé par les conditions de vie et d’habitation misérables de cette famille et l’impossibilité de mouvement de ce handicapé. Si l’octroi d’un fauteuil roulant était déjà une cause entendue, le président de Relais et Solidarité s’est mis immédiatement à réfléchir sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour sortir cette famille de ce taudis. Et comme d’habitude, il fera part de son projet à ses amis et collaborateurs de l’association et aussi aux bienfaiteurs qui ont toujours mis la main à la poche pour financer les actions de l’association. L’APC d’Iboudrarène aussi a été informée et sollicitée. Tous ont répondu présents à ce projet humanitaire et une fiche technique a été établie pour les besoins du chantier évalués à environ 500 000 DA. C’est presque en s’excusant de devoir faire étalage de cette action humanitaire que M. Mezar a accepté de nous faire part des détails de ce projet : «Grâce aux bienfaiteurs, nous avons réussi à réunir l’argent et pour faire vite, nous avons pensé confier les travaux à une entreprise de travaux de bâtiment. Mais nous avons préféré mener le chantier sous forme de tiwizi pour faire participer des bénévoles et ressusciter les valeurs de solidarité et d’entraide qui ont toujours caractérisé les relations sociales dans notre société», a-t-il expliqué. Le chantier a démarré le 8 mars dernier après la mise sur pied des équipes d’ouvriers et l’acquisition des matériaux nécessaires. Chacun a apporté sa contribution bénévole selon sa possibilité ou son domaine de compétence. Et moins de cinq mois après, la demeure de la famille de ce pauvre handicapé s’est complètement transformée pour devenir une habitation décente et chaleureuse avec un coin cuisine, des sanitaires en céramique, des escaliers bien finis et sécurisés et, cerise sur la gâteau, un parterre revêtu de carrelage et des mûrs enduits de peinture toute fraîche. Au début de ce mois de juillet, après l’achèvement de tous les travaux, une cérémonie a été organisée au siège de l’APC d’Iboudrarène, en présence de la famille du concerné, des membres de l’association Relais et Solidarité, des participants au chantier ou ceux qui l’ont financé et bien d’autres, pour fêter l’emménagement de la famille dans sa nouvelle maison. Il y avait beaucoup de joie et d’émotion, et tous les présents ont rendu un vibrant hommage à M. Mezar Hamid et ses amis de l’association qui, au-delà du projet méritoire et louable qu’ils ont réalisé, ont redonné à la solidarité toute sa dimension et sa valeur, et que grâce à eux on aura compris qu’«ensemble tout devient possible ». Avant de clôturer la cérémonie pour se rendre à Aït Ali Ouharzoune inaugurer la maison, une jeune fille s’est proposée de prendre en charge le remboursement de la modique somme dont a bénéficié la famille dans le cadre du Fonds national d’aide au logement (Fonal) des années 1990 pour lui permettre de postuler à un logement social ou un habitat rural. Le P/APC d’Iboudrarène s’est engagé à entreprendre les démarches «si toutefois l’administration de la wilaya veuille bien tenir compte de ce cas social», at- il précisé, avant de souligner que si l’association a réussi, en moins de cinq mois, à reloger cette famille, à cause des lourdeurs administratives «nous traînons encore des dossiers de logements dans le cadre de l’aménagement et de l’habitat rural depuis 2008 et 2009, et ce n’est pas encore le bout du tunnel». Sans commentaire.
Sadek Aït-Salem

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable