Actualités : AFFFAIRE GMA
Hanoune demande des comptes à Khelil


La grève du personnel navigant commercial (PNC) d’Air Algérie est une «grève exemplaire», selon Louisa Hanoune qui estime que Chakib Khelil, encore, doit rendre des comptes dans l’affaire GMA.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - La réunion, hier, du bureau de wilaya d’Alger du Parti des travailleurs a été l’occasion pour la secrétaire générale, Louisa Hanoune, de se prononcer sur «les questions de l’heure ». Estimant que les revendications du personnel navigant commercial d’Air Algérie sont «légitimes » et saluant leur «comportement impeccable», Louisa Hanoune a qualifié leur mouvement de «grève exemplaire» qui a démontré que l’«émiettement syndical n’était plus possible». De même, Mme Hanoune a salué la médiation du secrétaire général de l’UGTA dans cette affaire, Sidi-Saïd, ayant reçu, selon elle, le feu vert des autorités. Convaincue que l’Etat a les moyens financiers de satisfaire les revendications salariales, Louisa Hanoune dénonce «les manœuvres grossières» de ceux qui objectent d’indisponibilités financières. Soit, «la balle est dans le camp de l’autre partie (la direction générale d’Air Algérie», dira-telle à l’adresse tacite du P-dg du transporteur national. Solidaire des travailleurs des unités industrielles «bradées» et dont elle demande «la renationalisation », Louisa Hanoune s’en est prise une nouvelle fois à l’ex-ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil qui «doit rendre des comptes» dans l’affaire de l’australien GMA (Gold Mine of Algeria). Selon la secrétaire générale du PT, une «escroquerie», une «grosse arnaque» a été commise et ce, relève-t-elle, dans la mesure où des fonds bancaires ont été accordés à hauteur de 67 millions de dollars à une «société écran», en l’occurrence GMA, qui a cédé une bonne partie de sa participation dans l’entreprise publique ENOR à un opérateur égyptien, sans exercice de droit de préemption par la partie algérienne. «Où étaient les autorités depuis 2002 ?» s’interroge Louisa Hanoune qui affirme que Chakib Khelil le «savait» et «doit rendre des comptes, être jugé». A ce propos, Louisa Hanoune appelle à ouvrir immédiatement une enquête sur le bradage industriel, considérant, par ailleurs, que l’autorisation par l’APN de l’importation de la friperie relève du «conflit d’intérêt».
C. B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable