Sports : CYCLISME
TOUR DE FRANCE
Evans, le compte est bon !


Cadel Evans renverse facilement Andy Schleck dans le contre-la-montre de Grenoble. L’Australien célèbrera aujourd’hui sur les Champs-Elysées sa première victoire dans le Tour de France.
Andy et Frank Schleck monter sur le podium. Cadel Evans deviendra cet après-midi le premier Australien à remporter le Tour de France. Dans son regard mouillé coule la fierté. Au moment de recevoir sur le podium ce Maillot Jaune symbolisant sa victoire s’effacent tout à coup les souvenirs cruels de 2007 et 2008, quand il avait perdu le Tour face à Alberto Contador et Carlos Sastre dans les mêmes circonstances pour quelques secondes. Andy Schleck connaît aussi cette douleur. Pour la 3e année de suite, le Luxembourgeois va échouer à la deuxième place du Tour de France. Mais il n’y avait vraiment pas photo ce samedi autour de Grenoble, lors d’un contre-la-montre de 42,5 kilomètres couperet qui s'est déroulé à sens unique.Andy Schleck ne partait pas forcément perdant sur un parcours de 42,5 km, saupoudré de deux longues bosses. Il avait démontré ses capacités de sublimation en 2010, en ne concédant que 30 secondes à Alberto Contador sur un tracé autrement plus roulant. Et il répétait à qui voulait l’entendre qu’il avait pris un kilo de muscle cet hiver afin de combler son déficit de puissance. Simplement, quand il s’élançait, il venait simplement de découvrir un parcours que Cadel Evans connaissait comme sa poche pour l’avoir emprunté lors du Dauphiné, puis reconnu et encore reconnu en amont. Il le savait : sa chance se jouerait là, dans cet exercice qu’il avait encore méthodiquement préparé lors de la deuxième journée de repos, à travailler sa position, à tester le matériel, pendant que le Luxembourgeois s’occupait de répondre aux journalistes. Après seulement 15 km, on comprit que le Tour allait changer de face. Evans avait alors déjà repris 36 secondes à son rival, dents serrées, instable sur son vélo quand rien ne bougeait côté australien. A peine quelques kilomètres plus loin, la bascule était faite. Pour une fois, les ailes n’aidaient pas le Maillot Jaune. Elles portaient en revanche un Cadel Evans déchaîné, volant même vers une victoire d’étape qu’il laisse finalement à Tony Martin pour sept secondes. Plus loin, beaucoup plus loin, Andy Schleck en terminait avec 2’30’’ de retard sur l’Australien (16e de l'étape). Sa seule satisfaction sera que son frère Frank (20e à 2’41’’) l’accompagnera sur la troisième marche. Deux frères qui montent sur le podium du Tour de France, c’est évidemment une première.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable