Sports : FOOTBALL
FINALE DE LA COPA AMERICA : CE SOIR (20H) AU STADE MONUMENTAL DE BUENOS AIRES
Uruguay – Paraguay : le bal des outsiders


En attendant de savoir qui de l’Uruguay et du Paraguay s’installera sur le trône du football d’Amérique du Sud, la Copa America a déjà ses grands gagnants : les bookmakers.
En effet, ils ne doivent pas être légion ceux qui avaient misé sur les deux finalistes de ce soir. Quand on voit leur parcours pour arriver jusqu’au Monumental de Buenos Aires, on peut comprendre les réticences à miser sur les coéquipiers de Luis Suarez et, surtout, sur cette étonnante équipe du Paraguay qui a réussi le tour de force historique d’arriver au bout sans avoir eu à remporter le moindre match. Ce sont le Brésil et l’Argentine qui doivent trouver la «blague» pas très rigolote. Les deux immenses favoris qui n’ont jamais pu s’élever au rang qui est le leur, pratiquement depuis leur entrée dans le tournoi, au contraire, par exemple, d’une équipe d’Uruguay qui, elle, a su poursuivre sur sa lancée de sa belle Coupe du monde d’il y a une année. Certes, la Celeste n’est pas une équipe qui fait dans la poésie, mais, en ce moment, et de par le monde, on ne fait pas mieux. Solide comme tout, et servi comme il se doit, lorsqu’il faut faire la différence, par la triplette constituée de Forlan, Suarez et Cavani, le groupe d’Oscar Tabarez a de quoi inspirer l’appréhension de n’importe quel adversaire, mais doit faire gaffe à ce Paraguay, au football pas beau pour les yeux, mais difficile à bouger. Doit-on s’attendre à voir encore une fois le «petit» tenter de tenir le coup pour ensuite s’en remettre à la baraka de son sauveur, le gardien de but Justo Villar ? Sans aucun doute, mais pour arriver à leurs fins, les Paraguayens doivent trouver la solution pour mater les trois feu-follets Suarez, Cavani, Forlan.
M. Azedine

DIEGO LUGANO (CAPITAINE DE L’URUGUAY) :
«C’est bien que les Paraguayens ne soient pas suspendus»
Le capitaine de l'Uruguay Diego Lugano s'est dit satisfait vendredi de la décision de la Confédération sud-américaine (Conmebol) de ne pas suspendre pour la finale de la Copa America les joueurs du Paraguay impliqués dans la bagarre de la demi-finale de mercredi face au Venezuela. «Je suis un joueur de foot, et je défendrai toujours les joueurs de foot, a déclaré le défenseur de la Celeste. C’est bien qu’ils ne soient pas suspendus, je suis d’accord avec la décision qui a été prise». Une rixe avait éclaté mercredi à l’issue de la demifinale Paraguay-Venezuela (0-0 ap, 5-3 tab.) entre les deux délégations, impliquant des joueurs des deux équipes. La Conmebol a infligé aux deux sélections un «avertissement sévère» et une amende de 10 000 dollars (6 960 euros), sans prononcer de suspension. La Conmebol est dirigée par un Paraguayen, Nicolas Leoz. Interrogé sur une éventuelle décision politique de la part de l’instance, Lugano a botté en touche : «Je ne sais pas si le Paraguay a du pouvoir politique, et ça ne m’intéresse pas» conclut le défenseur uruguayen de la Celeste.

JUSTO VILLAR (GARDIEN ET CAPITAINE DU PARAGUAY) :
«On se battra !»
Décisif en demi-finale, mercredi, après avoir arrêté un tir au but du Venezuela (0- 0, 5-3 t.a.b.), Justo Villar, le gardien et capitaine du Paraguay, affirme être paré pour la finale, ce soir contre l'Uruguay. «Nous avons fini exténués, presque sans oxygène, avec cinq ou six blessés et un suspendu. Aller jusqu'aux tirs au but comme nous l'avons fait contre le Brésil et le Venezuela serait trop risqué concernant une finale. L'Uruguay, c'est autre chose. Cette équipe a des joueurs très importants et se présentera reposée, mais nous sommes prêts à nous battre de la meilleure manière possible» a-t-il concédé en conférence de presse.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable