Dimanche 23 Octobre 2011
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML



SELON LA BANQUE MONDIALE
Dur, dur d’investir en Algérie !

Le coût moyen d’un container à l’export revient à 1 248 USD. Le transport d’un container coûte 1 319 USD à l’import. Presque le double que chez les deux voisins maghrébins, le Maroc et la Tunisie, à l’import comme à l’export. Des coûts prohibitifs couplés à une batterie de documents retardant les délais de livraison et rendant difficiles les échanges commerciaux avec l’Algérie. Et ce n’est qu’un détail… Suite...


LOUISA HANOUNE AVERTIT :
«Les réformes ont été avortées»

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) ne se lasse pas de le répéter : les réformes introduites par Bouteflika ne prennent pas la trajectoire initialement tracée. Elle pointe du doigt les contradictions nées des positions des partis membres de l’Alliance qui au sein de l’APN ont «hypothéqué» les réformes. Suite...


ESTIMANT LES RÉFORMES POLITIQUES OTAGES DE DEUX PARTIS
Aboudjerra Soltani sollicite une intervention de Bouteflika

Dans un laïus introductif à une conférence des cadres du parti, le président du Mouvement de la société pour la paix, Aboudjerra Soltani, a dit toute la déception de son parti quant à ce qui tend à advenir des réformes politiques. Il a souhaité, ce faisant, une intervention diligente du chef de l’Etat pour éviter que ses réformes ne soient vidées de leur contenu. Suite...


KARIM TABOU À BOUIRA :
«L’Algérie n’est ni Kirkouk ni Benghazi»

Le premier secrétaire du FFS, qui a animé hier un meeting populaire au théâtre communal Sadaoui-Salah de Bouira, a appelé ses militants à la vigilance en les mettant en garde contre toutes les tentatives de division du pays émanant tant du pouvoir en place que de certains partis politiques. Suite...


PROCÈS DGSN-ABM
Dix ans de prison ferme requis contre Oultache et ses co-accusés

«On appelle cela la justice de gros.» La phrase lâchée par l’avocat Miloud Brahimi, lors du procès de l’affaire opposant la DGSN à la société ABM, renseigne sur les contours des plaidoiries des avocats de la défense. L’entrée en scène des robes noires est intervenue juste après les demandes de l’accusation. Cette dernière a requis dix années de prison ferme à l’encontre des 25 mis en cause. Suite...


CONSEIL CONSTITUTIONNEL
Y a-t-il eu fraude au Conseil d’État ?

Le Conseil d’Etat a récemment élu son représentant au sein du Conseil constitutionnel. Une opération électorale entachée d’irrégularités suite à l’intervention personnelle de la présidente de cette institution. Suite...


BARIZA KHIARI, VICE-PRÉSIDENTE DU SÉNAT FRANÇAIS, AU SOIR D’ALGÉRIE :
«Nous avons tous intérêt à un apaisement des relations entre la France et l’Algérie»

Entretien réalisé par Khadidja Baba-Ahmed
Bariza Khiari, vice-présidente du Sénat français, connue de très nombreux Algériens - vivant en France ou de Franco-algériens - pour son action en faveur de l’immigration, nous livre dans cet entretien sa réflexion sur un certain nombre de questions en rapport avec son action passée et à venir au sein de la 2e chambre, ses espoirs dans le retour de la gauche au pouvoir, son analyse de la relation bilatérale franco-algérienne… Nous avons voulu aussi la questionner sur sa position, pour nous surprenante, sur le Sahara occidental. Elle n’a pas botté en touche, elle explique et assume.
Suite...


Triste et heureux à la mort de Kadhafi ?

Par Arezki Metref
Il convient de s’interroger sur cette prédilection ou sur cette fatalité des dictateurs arabes à finir dans les égouts ou dans ce qui y ressemble. On se souvient que Saddam Hussein a été capturé dans un trou à rats. C’est aujourd'hui au tour de Kadhafi de finir flingué dans une bouche d’évacuation. S’agissant de celui-ci, le symbole est d’autant plus percutant que, il y a encore quelques semaines, il traitait ses opposants de rats. C’est comme si, forçant le destin, le compliment lui avait été retourné. Quelle immanence fait donc patiner dans la fange d’une piteuse fin de règne des dictateurs arabes qui se prenaient pour les flamboyants continuateurs de Saladin ?
Suite...


RÉPONSES À ABDELALI MERDACI ET MOHAMED MAÂRFIA
Pourquoi accabler Houari Boumediène ? 1re partie

Par Ali Mabroukine, professeur d’université
«Les mauvaises intentions sont comme les billets de banque, il faut les posséder soi-même pour les prêter aux autres.»
(Jean de La Rochefoucauld)
Il est non seulement légitime mais indispensable que l’histoire passée et celle plus récente de notre pays soit portée à la connaissance aussi bien de nos compatriotes que des chercheurs des pays intéressés par l’Algérie. Cette histoire comporte des pages glorieuses, des épisodes tragiques et une part ineffable d’ombre qui ne sont pas l’apanage de la société algérienne.
Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site