Culture : LE COUP DE BILL’ART DU SOIR
Les années «Talghouda»


Par Kader Bakou
Des personnes âgées parlent de aam talghouda(l’année de la talghouda). Talghouda est aussi le titre d’un livre de Mokhtar Chaalal, paru chez Casbah Editions et qui raconte de manière romancée la vie et le combat de Abdelhamid Benzine.
«Talghouda est une tubercule, pratiquement indigeste, que même les animaux refusent de consommer. Durant les années 1940-45, c’était la famine en Algérie à cause du colonialisme, et les Algériens étaient obligés de consommer la talghouda, pour ne pas mourir de faim», avait expliqué l’auteur lors d’une rencontre à l’Espace Noun en 2009. Dans le film Les déracinés(Beni Hendel) de Lamine Merbah, sorti en 1975, une Algérienne victime de harcèlement sexuel de la part d’un colon français se sauve de la ferme où elle travaillait en s’écriant : «Se nourrir de glandes et de talghouda est mieux que de rester ici !» Comme l’avait expliqué Mokhtar Chaalal, les nouvelles générations qui ne connaissent pas ce que signifie le mot talghouda ont beaucoup de chance.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr





Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/12/07/article.php?sid=126903&cid=16