Actualités : SALON NATIONAL DE L’INNOVATION
Des inventions et des ambitions à encourager


Le fait marquant de cette première édition du Salon de l’innovation, selon le DG de la promotion de la PME, Brahiti Amouri, consiste dans le positionnement des inventions dans la filière industrielle.
Mehdi Mehenni – Alger (Le Soir) – Bon nombre de visiteurs ont été étonnés hier, à l’ouverture du Salon national de l’innovation, qui se déroule les 6 au 7 décembre 2011 au palais des Expositions des Pins-Maritimes, à Alger, par le grand intérêt que portent les jeunes chercheurs et inventeurs algériens au développement de l’industrie. La majorité des inventions et des projets d’innovation présentés et exposés au pavillon Casbah de la Safex apporte des réponses et des solutions à des problèmes d’ordre industriel. Il s’agit de solutions qui peuvent réconforter certains créneaux, dont l’acquisition du matériel, le savoirfaire et la technologie reviennent cher et encouragent la dépendance. C’est à l’exemple de Bouzouad Hakim, un jeune venu de la wilaya de Relizane, qui a inventé un système d’absorbtion de la pression des explosions, réduction de leur impact et de l’élimination de ses rayonnements. C’est la récente catastrophe de Fukushima qui a inspiré ce jeune Algérien et l’a poussé à créer un appareil pouvant éviter à son pays l’impact d’une éventuelle catastrophe. C’est aussi l’exemple de Mohamed Betahar, un quadragénaire de Tipasa, qui a inventé une machine de séparation et de criblage du sable de carrière pour lui donner une plus importante valeur. Après le tri des grains de ce sable, qui coûte entre 200 et 500 DA le quintal, sa valeur passera à 7 000 DA. Il y a aussi une petite entreprise qui a réussi à fabriquer des solutions bio pour l’élimination des animaux et des insectes nuisibles. Lorsqu’on sait que les produits utilisés généralement dans ces circonstances sont toxiques et mettent en danger la santé de l’entourage, il faut dire que cette invention apporte une solution à un grand problème de santé publique et de protection de l’environnement. Les efforts de l’entreprise INOTIS s’inscrivent également dans ce sens à travers le développement de la dernière technologie en matière de fabrication des non-tissés, une industrie à part entière, qui apporte des solutions efficaces dans le milieu médical et ses contraintes d’hygiène, notamment l’habillage et le drapage opératoire. Interrogé en marge de l’ouverture du salon, le directeur général de la promotion de la PME au niveau du ministère de l’Industrie, Brahiti Ammouri, pense que «le grand intérêt dont font preuve les inventeurs algériens pour apporter des solutions dans le milieu industriel renseigne sur des perspectives sérieuses pour le développement de ce secteur ». Mais il faut dire que ces jeunes innovateurs et patrons de petites et moyennes entreprises restent isolés et ne savent souvent pas à quelle porte frapper pour développer leur projet et aller vers une production et des innovations plus consistantes. Pourtant, des fonds de soutien et des agences d’accompagnement existent en grand nombre. Aussi, il a été remarqué que certains exposants manquent de moyens pour, ne serait-ce que, l’affichage lors du salon. D’ailleurs, certaines pancartes ou fiches techniques et explicatives, rédigées à la main sur du papier cartonné, ressemblent aux travaux pratiques avec lesquels les écoliers décorent leurs classes de cours. Un salon d’une telle envergure aurait mérité du moins la contribution du département concerné pour l’impression de fiches techniques et pancartes à la hauteur des inventions et les ambitions des innovateurs. Enfin, il est à rappeler que ce salon avec la tenue de la 15e édition de la Journée nationale de l’innovation et la 3e édition du Prix national de l’innovation pour les PME, qui se tiendront au palais des Expositions des Pins-Maritimes.
M. M.



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/12/07/article.php?sid=126909&cid=2