Actualités : L’ANNONCE ÉMANE DE YOUCEF YOUSFI
La loi sur les hydrocarbures sera revue


La loi 05-07 sur les hydrocarbures, amendée en 2006, sera revue pour stimuler l’investissement étranger dans l’exploration. L’annonce, rapportée par l’Agence nationale de presse, émane du ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, hôte à Doha (Qatar) du 20e Congrès mondial du pétrole.
Motif de cette seconde révision de la loi sur les hydrocarbures, après celle de 2006 : l’introduction, selon M. Yousfi, de nouvelles incitations pour relancer l’investissement étranger dans l’exploration. Une révision nécessitée, selon le ministre de l’Energie, par «le besoin d’attirer des partenaires solides et expérimentés en mesure d’aider l’Algérie à accroître ses réserves en hydrocarbures ». Et d’autant, argue Youcef Yousfi, que si Sonatrach enregistre des résultats «très satisfaisants et encourageants» grâce à l’application sur des surfaces réduites de nouvelles technologies, l’Algérie a néanmoins «besoin» de ces sociétés pour les appliquer à grande échelle, afin d’«intensifier la prospection même dans l’offshore et les zones peu peuplées». Soit, «elle doit adapter un certain nombre de mesures incitatives de la loi 05-07 qui a été adoptée dans un environnement où ces technologies n’existaient pas et où les prix de pétrole évoluaient entre 20 et 30 dollars», relève M. Yousfi. Concernant les aspects de la loi sur les hydrocarbures qui seront amendés, le ministre s’est limité à dire que la révision va concerner certaines mesures fiscales et aussi des dispositions contractuelles entre Sonatrach et ses partenaires. «Nous sommes en train d’étudier tous ces aspects», déclare Youcef Yousfi, selon lequel «nous devons nous adapter à la réalité internationale, nous avons des réserves d’hydrocarbures largement confortables, mais il faut assurer localement la sécurité de l’approvisionnement à très long terme et renforcer le rôle de l’Algérie comme acteur principal du commerce international de l’énergie». Au-delà du fait que Youcef Yousfi confirme une supputation évoquée par des médias, la révision vise en fait à compenser le déficit d’attractivité du domaine minier national, avec un nombre très faible de blocs d’exploration offerts par les trois appels d’offres lancés depuis 2008.
Chérif Bennaceur



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/12/07/article.php?sid=126921&cid=2