Dimanche 11 Décembre 2011
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


         Chronique du jour
ICI MIEUX QUE LA-BAS
Les traces de Fanon sur le sable de l'ingratitude algérienne

Par Arezki Metref
[email protected]

J’ai oublié les circonstances exactes dans lesquelles j’ai entendu prononcer pour la première fois le nom de Frantz Fanon. Peut-être était-ce à propos du lycée de Bab El Oued. Sans doute ai-je cru alors qu’il s’agissait d’un de ces Français – ou de ces Européens, comme on disait plutôt – qui avaient épousé la cause indépendantiste algérienne, laquelle, en retour, leur faisait l’honneur de baptiser des lieux à leur nom. Puis, au lycée Abane-Ramdane – un autre nom, lié à celui de Fanon, mais comment aurais-je pu le savoir alors ? –, nous dûmes étudier l'un de ses textes.
Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site