Actualités : LE PRÉSIDENT DE LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE DES PHARMACIENS AU SUJET DU RETARD DANS LA MISE EN PLACE DE L’AGENCE NATIONALE DU MÉDICAMENT
«Des ministres y voient un empiètement sur leurs prérogatives»


Farid Benhamdine est le président de la Société algérienne des pharmaciens (SAP), et son nom revient avec insistance dans les milieux pharmaceutiques pour prendre les destinées de l’Agence nationale du médicament qui peine, jusque-là, à être mise en place. Il a longuement disserté, hier, sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne, justement sur l’utilité de cette agence dans la régulation du marché du médicament. C’est même la panacée à ses yeux.
Lyas Hallas - Alger (Le Soir) - Selon Farid Benhamdine, la Commission nationale consultative du médicament et des produits pharmaceutiques est, comme son l’indique, «consultative» et n’a aucun pouvoir de décision pour régler quoique ce soit. «C’est bien de s’offrir un tel cadre de concertation, de dialogue. C’est un cadre qui nous manquait, c’est vrai, mais j’espère que ça ne va pas durer longtemps. Parce que ce sont toujours les autorités qui décideront», souligne-t-il. Ainsi, il s’est interrogé sur le causes ayant retardé la mise en place de l’Agence nationale du médicament, instaurée par la loi 08-13 du 20 juillet 2008. Cela fait maintenant trois années et demie et elle n’a toujours pas vu le jour. Il affirmera que ce retard résulte plutôt d’une «volonté délibérée». «C’est qu’il n’y a aucun lien hiérarchique entre le ministre de la Santé et l’Agence, qui est indépendante dans sa gestion, assurée par un conseil d’administration où sont représentés plusieurs ministères : la Santé, la Sécurité sociale, les Finances, le Commerce, les Affaires étrangères… – le domaine du médicament est plurisectoriel –, et son directeur est un haut fonctionnaire de l’Etat nommé par le président de la République et disposant donc d’un pouvoir de décision. Or, les ministres pensent qu’elle va empiéter sur leurs prérogatives», avance-t-il. Et d’asséner : «C’est la solution pour finir avec ces pénuries récurrentes de médicament. Un ministre est de passage, mais la politique de santé doit être pérenne. Nos ministres se croient les seuls à détenir la vérité mais la vérité doit être partagée. Trois années et demie après son instauration par la loi, il n’y a même pas un chef de projet pour préparer sa mise en place de cette agence.»
«Il ne faut pas diaboliser les laboratoires pharmaceutiques»

Dans le même sillage, Farid Benhamdine, tout en exhortant à la promulgation des textes réglementaires, mettant en place l’Agence nationale du médicament, a recommandé de «profiter de la copie revue et corrigée de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSPS)». «L’Agence française a peut-être des travers à cause de l’affaire du Médiator (un antidiabétique mis sur le marché par le laboratoire Servier en 1976 et n’a été retiré du marché qu’en 2009 malgré les alertes sur ses effets au tout début des années 90, alors qu’il a été retiré du marché bien avant par la plupart des pays développés, ndlr). Mais ça va nous servir d’exemple pour éviter leurs erreurs», a-t-il suggéré. «Votre nom revient avec insistance depuis un moment pour que vous prendre la direction de l’Agence algérienne », lui dira l’animatrice. Et à Farid Benhamdine de répliquer : «L’Agence n’a pas besoin d’un pharmacien ou d’un médecin mais d’un gestionnaire, d’un manager qui sait mener des équipes.» Le président de la SAP (à ne pas confondre avec le SAP, Syndicat algérien des paramédicaux) a, par ailleurs, pris la défense des opérateurs algériens en pharmacie, qui sont dans le collimateur du ministère de la Santé à cause de pratiques frauduleuses relevées au bout d’une enquête interne menée pour déterminer les responsabilités dans la pénurie encore perceptible du médicament. «Il y a des brebis galeuses, certes, mais pas 38 opérateurs. Il faut les aider à produire, à faire de la recherche et non les diaboliser. Nous avons plutôt besoin d’une politique de santé claire, affichée et surtout appliquée», dira-t-il.
L. H.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable