Actualités : REDRESSEURS DU FNA
Congrès extraordinaire à haut risque à Boumerdès


Le vent de redressement qui souffle sur le Front national algérien (FNA) de Moussa Touati risque de faire l’effet d’une bourrasque dévastatrice. Alors que Moussa Touati et ses partisans projettent d’organiser le 31 décembre une méga-conférence nationale à la coupole Mohamed-Boudiaf, les redresseurs du parti travaillent activement à tenir, les 30 et 31 décembre, un congrès extraordinaire à l’hôtel Soummam de Boumerdès.
Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir) -Jamais les redresseurs du FNA n’ont été aussi proches de porter le coup de grâce à Moussa Touati. Le ministère de l’Intérieur leur reconnaît la qualité statutaire d’appeler et d’organiser un congrès extraordinaire du parti. L’administration a, en effet, délivré l’autorisation nécessaire à l’organisation du conclave. Mis devant cette réalité, le président du parti, Moussa Touati, a introduit avant-hier dimanche un recours auprès du ministère de l’Intérieur. Dans son recours, il a contesté aux redresseurs la légalité statutaire leur permettant d’organiser un congrès extraordinaire. Et ne s’attendant certainement pas à une réaction diligente du ministère de l’Intérieur, Moussa Touati a décidé d’opérer une démonstration physique de la représentative. Pour ce faire, il a rendu l’ensemble des présidents des bureaux de wilaya destinataires d’une note à travers laquelle il convie les membres du conseil national du parti à se rendre sur les lieux du congrès. «Je suis désolé de vous demander de convoquer vos collègues membres du conseil national accompagnés chacun de 10 militants, et ce, pour que vous puissiez palper de plus près ce qui se trame autour de la stabilisation du parti et de la démoralisation de ses militants. Aussi, il nous est recommandé de défendre notre droit militant et politique et de ne pas permettre à l’administration d’exercer sa tutelle sur notre parti», écrit-il aux présidents des bureaux de wilaya, ajoutant : «Je demande aux membres du conseil national de rejoindre l’hôtel Soummam de Boumerdès jeudi soir afin d’y passer la nuit. Ceci pour participer à la conférence qui s’y tient le lendemain à partir de 9 heures.» Le risque d’une confrontation physique entre les redresseurs et les partisans de Moussa Touati est bien réel, tant est qu’ils vont se retrouver le même jour au même endroit, les premiers pour tenir un congrès extraordinaire du parti et les seconds pour leur contester la prérogative d’agir ainsi. On se rappelle que le FNA a déjà vécu une contrainte organique similaire par le passé, lorsque les redresseurs avaient tenté en vain d’organiser un congrès extraordinaire dans une ville de l’Ouest algérien. La tentative n’avait pas alors abouti. Le parti de Moussa Touati s’est distingué ces temps derniers par une franche opposition aux projets de loi intégrant les réformes politiques promises par le chef de l’Etat. Du coup, il n’est plus en odeur de sainteté avec les pouvoirs publics. Illustration de cette situation, le comportement de l’animatrice de l’émission «Hiwar Saâ» de la Télévision nationale envers le chef du groupe parlementaire du parti, Abdelkader Drihem, en l’occurrence. Ce dernier a, dimanche soir, quitté le plateau en plein débat pour protester contre l’animatrice de l’émission qui lui coupait la parole systématiquement. Hier, le député a protesté par courrier auprès du Premier ministre, du ministre de la Communication et du directeur général de la Télévision.
S. A. I.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable