Sports : AU LENDEMAIN DES JEUX SPORTIFS ARABES 2011
Les explications de la FAB, la FAA et de la FAJ


Présentes aux 11es Jeux sportifs arabes à Doha, les Fédérations nationales de judo, d’athlétisme et de boxe, dont le passé est riche en titres et en médailles, ont décidé de porter à la connaissance de l’opinion publique leur évaluation en rapport avec cette manifestation régionale clôturée vendredi dernier. MM. Abdellah Bessalem, Badreddine Belhadjoudja et Ali Bendjemaâ ont fourni leur explication concernant la faible moisson en médailles de leurs sélections respectives.
Les trois conférenciers se sont accordés à dire que ces joutes arabes sont très mal programmées.

BADREDDINE BELHADJOUDJA (PRÉSIDENT DE LA FAA) :
«Priorité à la formation»
Au début de son allocution, le président de la Fédération algérienne d’athlétisme a précisé que son bilan est loin d’être mitigé. Lors de ces jeux sportifs de Doha, la FAA a pratiquement réalisé son pronostic. «Nous avons prédit quatre médailles d’or, nous en avons obtenu trois. La 4e médaille devait être l’apanage de Hammadi. Malheureusement, celui-ci s’est blessé à la veille de notre départ au Qatar», a dit M. Belhadjoudja, avant de révéler que «pas moins de six athlètes de niveau n’ont pas été engagés volontairement à ces jeux afin de leur permettre de mieux préparer les Championnats du monde en salle qui auront lieu en mars prochain à Istanbul (Turquie)». Une décision qui avait pour but d’éviter aux athlètes un surmenage. «Ces jeux étaient une aubaine pour nous en vue d’injecter de jeunes talents qui vont gagner de l’expérience. C’est comme ça qu’on prépare la relève», assure le président de la FAA qui a expliqué que les athlètes dont il a hérité, depuis son intronisation à la tête de la première Fédération olympique étaient en fin de cycle. «A mon arrivée en 2009, j’ai décidé de privilégier la formation. Je vous informe qu’en 2009 il n’y avait que 20 000 licenciés. Après seulement deux ans, nous sommes arrivés à plus de 29 000 athlètes inscrits. Je tiens à rassurer l’opinion sportive : nous avons fixé des objectifs et nous allons les atteindre», a-t-il conclu.

ALI BENDJEMAÂ (PRÉSIDENT DE LA FAJ) :
«Nos jeunes ont besoin d’encouragements»
Avant le déplacement à Doha, le staff technique national avait misé sur 4 médailles Or. En fin de compte, le judo algérien a remporté 15 médailles au total dont 3 en or. L’Algérie a pris la troisième place au classement général derrière la Tunisie et le Maroc. Pour le président de la Fédération algérienne de judo, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. «Il ne faut pas juger nos athlètes sur une seule compétition. Nous avons disputé neuf (09) finales. Cette moisson aurait pu être meilleure si nous n’avions pas perdu deux finales, faute de réussite et de concentration», dira-t-il. Pour le Dr Bendjemaâ, la discipline est en phase de rajeunissement. «Nous sommes en plein processus de rajeunissement. Nos judokas ont affronté des adversaires bien classés mondialement, et je ne peux qu’être rassuré sur l’avenir du judo algérien. Chez nous, la relève existe bel et bien. Il nous faut juste un peu de compétition pour améliorer les résultats », précisera-t-il. Le président de la FAJ a manifesté son courroux à propos des rumeurs qui circulent sur d’éventuelles sanctions que prendrait le ministère envers les fédérations qui n’ont pas réussi leur objectif. «Je demande un peu de retenue de la part de certains responsables qui ont fait des déclarations irréfléchies qui risquent de casser nos jeunes athlètes. Ceux-ci ont besoin plus d’encouragements que de dénigrements », conclut M. Bendjemaâ.

ABDELLAH BENSALEM (PRÉSIDENT DE LA FAB) :
«Nous avons envoyé l’équipe B»
Pour la première fois dans l’histoire des jeux sportifs, l’Algérie termine le tournoi de boxe sans la moindre médaille d’or. Les pugilistes algériens se sont contentés de deux médailles d’argent et cinq en bronze. «L’année qui s’achève a été riche en événements pugilistiques. Sur la scène mondiale, nous avons réussi à placer quatre de nos boxeurs dans le top 10. Pour les Jeux de Doha, nous avons jugé utile de participer avec l’équipe B et les résultats sont loin d’être médiocres, a comme tendent à le faire croire certains», a dit M. Bessalem qui a relevé les conditions extra-sportives qui ont présidé durant cette compétition de boxe. Pour le président de la FAB, l’Algérie dispose de boxeurs capables d’aller aux Olympiades avec la certitude de réussir des résultats qui feront la fierté des Algériens. «La boxe a toujours répondu présent lors des grands rendez- vous», a-t-il certifié en guise de conclusion.
Amine Andaloussi

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable