Samedi 14 Janvier 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Culture
Chronique du jour
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


         Soirmagazine
ATTITUDES
Les oubliés du métro

Par Naïma Yachir
naiyach@yahoo.fr

Cette nouvelle «merveille» du siècle n’a pas fait que des heureux ; pour preuve, allez demander à un handicapé moteur ou à une septuagénaire de s’aventurer dans une bouche de métro ! Pitoyable, l’image de ce jeune homme cloué sur sa chaise roulante portée par trois copains qui s'époumonaient à dévaler les 140 marches qui mènent à la rame.
Suite...


VOYAGE CULINAIRE
A la découverte des «kouirette» aux herbes

Par Larbi Houari et S. Hammoum
Rabéa, cette spécialiste de l’art culinaire traditionnel, fait encore aujourd’hui de la culture traditionnelle son credo, passant son temps à prospecter et interroger les plantes du Chenoua, sa région natale, pour en découvrir les saveurs et les vertus.
Suite...


C’EST MA VIE
A la recherche de la tombe perdue

Par Miloud Zenasni
On le voit souvent au cimetière, discret, le pas lent et un regard qui se perd au milieu de ces milliers de tombes. Il vient tous les jours rendre visite aux morts.
Suite...


L’ENTRETIEN DE LA SEMAINE
LE DR LARBI OULD LARBI, PROFESSEUR EN GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE À SOIRMAGAZINE
«Il faut tirer la sonnette d’alarme : le cancer du sein est de plus en plus diagnostiqué»

Entretien réalisé par Amel Bentolba
A Oran, le nombre de femmes atteintes du cancer du sein est de 20 cas pour 100 000 femmes. Une moyenne de 160 opérations d’ablation du sein sur des femmes âgées de 25 à 60 ans est pratiquée annuellement au Centre hospitalier universitaire d’Oran. Tous les spécialistes sont convaincus que le diagnostic précoce demeure le meilleur moyen de réduire le taux de mortalité car il permet de traiter la maladie à son premier stade. Le Dr Larbi Ould Larbi, ancien professeur de gynécologie obstétrique, dans un entretien qu’il nous a accordé, exprime son inquiétude et surtout désigne les causes qui sont à la base d’une telle progression à travers le territoire national.
Suite...


ENQUÊTE-TEMOIGNAGES
Garde-malade, entre souffrances et espoir

Par Meriem Ouyahia
Ils ne sont pas malades, mais en donnent l’impression. Ils sont autant affectés que les hospitalisés qu’ils veillent. Eux, ce sont les gardes-malades «admis» ou pas par l’établissement hospitalier qui prennent en charge un membre de leur famille souffrant.
Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site