Voxpopuli : CHRONIQUE
De la fraîcheuuur !


En ce début d’été, les différentes températures recensées font état d’une forte vague de chaleur, dans les foyers on entend le même bruit, celui des climatiseurs tournant à plein régime entraînant des coupures d'électricité fréquentes, les places publiques disposant de jets d’eau sont généralement bondées de monde et d’enfants, les plages un vrai souk, de quoi faire le bonheur des propriétaires de cafétérias, de marchands de glaces et des restaurateurs.
Mais en ce début d’été, une autre chaleur m’interpelle, celle des prix des produits alimentaires, eh oui le Ramadan approche et les prix comme de coutume ne cessent d’augmenter, le marché bout à petit feu afin de pouvoir plumer le citoyen à temps, ce malheureux citoyen qui, pendant le mois sacré, ne s’interdit aucun désir alimentaire, ce qui fait les bonnes affaires des commerçants qui n’ont aucune pensée pour les plus démunis. Je me suis toujours demandé pourquoi, à l’approche de chaque Ramadan, les marchands se passent le mot d’ordre, celui de l’inflation extraordinaire, pourquoi l’appétit du profit prend le dessus sur les valeurs morales, pourquoi les notions de solidarité, de miséricorde, de générosité s’effacent dans le conscient de nos commerçants face aux notions comptables ? Pourtant, en posant la question à nos marchands, la seule réponse apportée au consommateur, c’est celle de renvoyer les accusations sur les autres, nous laissant toujours dans l’ignorance. Ils se disent prêts à concéder des efforts sur les prix mais oralement uniquement, le prix de certains produits relève de la fantaisie, celui de la coriandre locale qui avoisine les 150 DA me choque en sachant que le prix du kilo de banane importé de Costa Rica est à peine supérieur. La question qui se pose en réalité, c’est l’œil et l’action du ministère du Commerce vis-à-vis de toute cette inflation, l’effet des multiples descentes des agents de répression des fraudes et de régulation des prix est quasi nul. Je dirai, enfin, que nous consommateurs, nous disons en ce moment «entre la chaleur estivale et la chaleur des prix, donnez-nous un peu de fraîcheur !»
Royaldjam



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/07/01/article.php?sid=136147&cid=49