Régions : LE SOIR DE L'EST

UN NOUVEAU PLAN DE CIRCULATION S’IMPOSE AVEC ACUITÉ À EL TARF
Les habitants de la cité Mederbel Abdallah, otages de la Direction des transports
Les habitants de la cité Mederbel Abdallah, à Mostaganem, sont dans l’expectative vaine et la résignation. Ils ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver une solution durable et définitive aux problèmes de stationnement des automobilistes qui de surcroît empoisonnent quotidiennement leur vie par l’effet de querelles physiques et verbales et autres rixes pour les places ou tout simplement pour pouvoir rallier la RN44.
La cité en question, qui compte cinquante familles, située au centre-ville d’El Tarf, est traversée par une route étroite de deux cents mètres qui débouche sur la RN 44. De fait, de par sa proximité de plusieurs cliniques privées et administrations locales, les citoyens stationnent leurs véhicules tout le long de ce tronçon routier de la cité en question, et ce, faute de parking. «Chaque jour que Dieu fait, on est submergés par des torrents d’insultes et de noms d’oiseaux. Souvent, on assiste médusés à des bagarres pour une place de stationnement. C’est en somme l’anarchie, et ce, sans que les policiers en faction bougent le petit doigt pour remettre les protagonistes à leur place. En somme, nous souffrons le martyre », ont martelé les citoyens de la cité Mederbel Abdallah. Par ailleurs, d’aucuns estiment que la Direction des transports est, au vu de l’explosion démographique au niveau de la ville d’El Tarf et du nombre sans cesse grandissant de véhicules, dans l’obligation de mettre en place un nouveau plan de circulation avec l’installation de feux tricolores pour réglementer le passage des véhicules au niveau des carrefours, qui sont, par ailleurs, légion dans la ville. Aussi, l’actualisation de l’actuel plan de circulation permettrait un meilleur redéploiement des éléments de la Sûreté nationale qui éprouvent, de leur côté, les pires difficultés dans l’organisation des flux de véhicules dans une ville laissée, manifestement, à l’abandon.
Daoud Allam

Une députée du FLN mène campagne pour le compte d’une liste indépendante
Les militants du FLN sont déboussolés par le comportement bizarre et allant à contre-sens des mœurs politiques, d’une députée élue grâce au parti lors des élections de mai dernier. En effet, une députée d’obédience FLN, toute honte bue, mène actuellement campagne tambour battant et sans commune mesure pour le compte d’une liste d’indépendants, dont la tête de liste n’est autre que l’ex-P/APC de la commune de Ben M’hidi. «La députée aurait dû s’abstenir d’un tel spectacle désolant. Elle est devenue la risée des autres formations politiques. C’est un véritable camouflet pour le parti qui écarte à chaque échéance électorale ses véritables militants au profit de personnes qui ne connaissent du parti que le sigle», ont martelé des citoyens avec rage et dépit.
D. A.

IL ÉTAIT SUR LES ÉTALS DES BURALISTES CE SAMEDI
Le Provincial, nouveau-né à Annaba
Le lectorat de la presse nationale aura désormais un nouveau titre : Le Provincial , quotidien régional édité par la Sarl Bône infos, dont le siège est implanté à Annaba.
Cette nouvelle initiative pour enrichir la presse dans la région Est du pays est à mettre à l’actif d’une poignée de professionnels ayant accumulé des dizaines d’années de journalisme dans différents quotidiens nationaux. Ils auront à encadrer de jeunes louveteaux universitaires ayant choisi un métier passionnant mais qui a aussi son côté pénible et ingrat. «Ils auront cette lourde responsabilité de se faire porte-voix de leurs congénères qui sont la seule véritable ressource humaine pour l’avenir de ce pays, qui est le leur», écrit, à ce propos, Chaouki Mechakra, le directeur général gérant de cette nouvelle publication dont le rédacteur en chef est un vieux routier de la presse nationale, Abdelbaki Djabali pour ne pas le nommer. De format tabloïd avec 24 pages, donc standard, le numéro zéro de ce nouveau titre est sorti hier samedi de l’imprimerie de la Société d’impression de l’Est (SIE). Aéré, le nouveau quotidien consacre plusieurs pages à l’information de proximité (politique, économique, sociale, sportive et culturelle), dans les villes d’Annaba et Constantine, sans omettre de relater les faits et méfaits survenus dans les autres agglomérations de cette partie de l’Algérie profonde, d’où son titre Provincial. «Informer sans peur ni reproche», telle est la devise du Provincial. Il s’engage à donner plus de place à l’information locale, donc citoyenne, et favoriser ainsi ceux qui sont sans voix. Pour notre part, nous souhaitons beaucoup de succès au nouveau-né et de réussite à nos confrères du Provincial. Et bon vent.
A. Bouacha

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable