Voxpopuli : LE BILLET DE BOB BELCOURT
Une dune, un chameau et un palmier


Voilà l'image que vont redonner les Occidentaux à notre pays dans leur cartographie du monde si on persiste dans notre bêtise de faire avancer le désert au lieu de le reculer.
Dans les années 70, les jeunes appelés du service national se seront démenés corps et âme pour édifier le «Barrage vert». Une réalisation ô combien importante pour stopper net l'avancée du désert. Conscient du rôle de la forêt dans le maintien de l'équilibre écologique de la nature, par sa force de stabiliser le sol ainsi que le système hydrographique bien au-delà de son implantation, le gouvernement qui présidait aux destinées du pays à cette époque était hanté par la destruction de cet équilibre, entraînant dans son sillage des conséquences imprévisibles et dangereuses. L'ouvrage de Paul B. Sears «Désert on the Marsh» (Oklahoma, 1935) alerta l'opinion internationale contre les conséquences catastrophiques qu'aurait l'indifférence des pouvoirs publics dans un domaine aussi essentiel. Je pense que c'est sur cette recommandation et là où nos forêts avaient été presque totalement détruites, seules des mesures radicales comme ce projet d'envergure et tous les programmes de reboisement qui se sont poursuivis tout au long de la décennie 60, pouvaient réparer un dommage déjà avancé depuis des lustres. Je me rappelle encore qu'on avait institué un programme de sylviculture à la fin des opérations. Quelques décennies plus tard, le massacre à la tronçonneuse fait son apparition. Ce qui me chiffonne encore, c'est cette mascarade d'intéressement à l'écologie quand on programme à la télévision locale une émission qui traite de l'environnement, de bonne facture certes mais, sans grande portée tant qu'on assiste à ce spectacle désolant des «demolition men».
Bob Med, Belcourt

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable