Voxpopuli : Minorité écrasante, menace majeure

Le Premier ministre israélien s’est immiscé de manière spectaculaire et très singulière, dans les élections américaines, en prenant fait et parti pour le candidat républicain et en s’opposant publiquement et ostensiblement au locataire actuel de la Maison Blanche.
Ce serait une grave offense dans la plus accommodante et plus avenante république bananière. Le fait que le Premier ministre israélien soit aussi un citoyen américain ne change rien à l’affaire. Ces faits sont relatés comme si cela allait de soi. Il semble «normal», comme disent mes neveux, qu’Israël interfère ainsi, de manière ordinaire et banale, dans les affaires intérieures d’un Etat étranger. Personne n’a noté ce que ces faits présument et entraînent. Djeha en pointe l’essentiel :
1.- Rappelons que les Etats-Unis sont la première puissance militaire, économique, financière, technologique… du monde, quelles que soient les conséquences catastrophiques que produit cette puissance sur elle-même et sur le reste du monde, sur la paix du monde et sur le fragile équilibre de la biosphère.
2.- Les Etats-Unis sont particulièrement chatouilleux pour tout ce qui concerne leur domination sur la planète et leur liberté d’action (tout ce qui se passe sur Terre relève de leur sacro-sainte sécurité nationale), et ne permettent à quiconque de lui porter atteinte. Des pays ont été rasés pour moins que ça...
3.- La question qui viendrait immédiatement à l’esprit de la plus modeste intelligence est naturellement celle-ci : comment tout cela est-il possible ? D’où vient donc que Netanyahu se permette de narguer le premier des Américains, de surcroît chez lui ?* L’«Election» est une automystification hébraïque. Obama et ses concitoyens ne sont pas tenus de plier devant les élucubrations et pouvoirs imaginaires qui lui sont conférés. Ce constat induit des conclusions élémentaires.
1.- Il s’ensuit dans ces conditions que l’image colportée par les réseaux d’information et de propagande mondiaux, fermement contrôlés ainsi que nous le savons, d’un petit Israël, fragile, peuplé de génies descendants des victimes fuyant l’Holocauste, jalousé et chroniquement menacé par le reste du monde et en particulier par les hordes barbares musulmanes incultes et assoiffées de sang des alentours, est une image qui ne tient plus. Voir ainsi le «nain» israélien (quelques millions d’habitants) menacer avec forfanterie, en totale impunité, la plus grande nation de l’histoire sur son propre sol, implique au minimum la révision des images d’Epinal. Ces images qui envahissent quotidiennement les écrans de toutes les chaînes de télévision européennes et nord-américaines, au point que les écoliers de ces pays se demandent si toute la dernière guerre mondiale n’a pas eu comme unique objet la destruction du peuple juif et que les 60 millions de morts (hypothèse basse) entre 1939 et 1945 ne sont que des victimes collatérales sur la mémoire desquelles il n’est pas utile de s’arrêter plus que cela.
2.- Ne serait-il pas temps que les peuples européens (dirigés comme on le voit par des «élites» sous influence) tirent les conclusions qui s’imposent ?
* A l’évidence, Israël ne menace pas seulement la région dans laquelle il est enkysté depuis des décennies, à laquelle il n’a jamais appartenu et vain de croire qu’il y appartiendra un jour. Les rapports de force à l’échelle mondiale qui permettent cette situation ne sont pas éternels. Penser le contraire reviendrait à entretenir de dangereuses illusions.
* A observer ce qu’il se permet aux Etats-Unis, on peut dériver les pouvoirs qu’Israël exerce encore plus facilement sur la souveraineté des pays européens.
* Il serait alors opportun de se pencher sérieusement enfin sur les conflits au Proche-Orient, en commençant par s’interroger sur leurs origines et l’impossibilité manifeste (l'actualité nous le montre) de leur résolution. Après tout Obama a reçu un Nobel en gage d'actions de paix dont son mandat est totalement vide. Est-il possible d'imaginer que les promesses qu'il a exprimées lors de sa prise de fonction pourraient être réalisées lors d'un second mandat, probable si l'on s'en tient aux sondages et l'insondable bêtise de son concurrent ? (sachant que la bêtise aussi profonde soit-elle, n'est absolument pas un handicap dans l'accession à la plus haute des fonctions aux Etats-Unis et aussi dans de nombreux autres pays : elle a fait des centaines de milliers de victimes de morts dons le nôtre au cours des années 90. Il y va de l’intérêt de la paix mondiale : celle des pays méditerranéens et aussi de l’Occident. Tout porte à exciter les peuples les uns contre les autres, dans un contexte de crise économique et financière et d'inégale répartition internationale des forces productives.
Djeha

*En mai 2011, le Premier ministre israélien avait infligé un camouflet public à M. Obama dans le Bureau ovale, en refusant net la proposition du président américain de baser les frontières d'un futur Etat palestinien sur les lignes de 1967.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable