Dimanche 16 décembre 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Voxpopuli  
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Aborder tous les sujets ? Eh ben, allons-y !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
Dernière minute ! En France, aucun licenciement chez
Peugeot ! Tous les ouvriers concernés par le plan social
seront redéployés sur ArcelorMittal …

… El Hadjar !

Avant de poser son gentil sourire sur le tarmac de l’aérodrome d’Alger, François Hollande, le mari de Valérie et accessoirement président de Fafa, a tenu à nous avertir, dans un accès d’autorité que je ne lui ai pas connu face à Lakshmi Mittal l’autre jour : «Avec Bouteflika, j’aborderai tous les sujets, sans exception !» Et ses relais, ses francs-tireurs en charge de nous faire un dessin — parce que c’est connu, de ce côté-ci de la mer, nous sommes ramollos du cerveau et ne réagissons pas assez promptement aux signaux qu’on nous lance — ont laissé entendre que «tous les sujets» ça veut aussi dire l’affaire des moines de Tibhirine. Ça tombe bien ! Parce que moi aussi, y a un moment que je souhaitais déjà que tous les sujets soient ouverts entre nous mon petit François. Et pas seulement les moines, que Dieu et Allah les accueillent en leur vaste paradis. Tous les sujets ? Allons-y ! Et ces demandes faites à un Mitterrand finissant mais resté tout de même arcbouté à sa certitude : «Pas question de fournir la moindre balle à la junte d’Alger qui a stoppé net le processus électoral et la victoire du FIS.» Et ces demandes réitérées à Jospin, Premier ministre d’une cohabitation obtenue par les socialos sur un coup de folie de Chirac, avec au bout la même réponse ou presque du très pète-sec Premier ministre aux adorables boucles grises : «Aucune coopération militaire avec ce régime de généraux !» Ah ! Ben oui ! S’il faut aborder tous les sujets, nous allons les aborder. C’est bien beau aujourd’hui de lâcher le dog Valls sur tous les basanés et sur la moindre mosquée de banlieue en criant au terrorisme rampant. Mais à l’époque, que faisaient nos amis socialistes lorsque nous les alertions sur le danger vert et la vitesse de propagation de la peste islamiste ? Ils nous renvoyaient aux droits de l’Homme ! Peuchère ! Arracher un enfant rom à sa maman dans un campement de caravanes miteuses à six heures du matin par moins cinq degrés et le renvoyer par le premier avion vers la misère et la faim, c’est ça, les droits de l’Homme ? Mais passons ! Laissons Marine Valls faire son job ! Ce qui m’intéresse aujourd’hui, ce sont ces milliers de jeunes militaires, ces milliers de civils morts aussi par la faute de la France, et pas seulement tombés sous les balles des tangos. Oui François ! Chaque refus d’achat d’armes et de munitions signait dans nos vallées et plaines l’acte de décès de personnes civiles et militaires livrées aux hordes de tueurs. Des hordes d’assassins nourris et armés par des mandats et de l’argent «frais» envoyé par les Khawa réfugiés politiques de luxe, en France, notamment. On ne peut pas se prévaloir seul d’aborder tous les sujets. Nous aussi avons ce droit mémoriel d’abordage des sujets qui nous ont meurtris. Et c’en est un ! Oui ! Les socialistes nous ont abandonnés lorsque nous leur expliquions à l’époque la portée du combat anti-intégriste. Pas tous, heureusement. Mais le parti, le PS a officiellement, solennellement tourné le dos à cette Algérie esseulée dans sa tranchée en face des GIA et GSPC. A la limite mon p’tit François, ici, dans cet espace de mini-souveraineté où j’exerce sans visa, je plaide pour un double pardon que nous doit la France. Pardon pour la période coloniale. Mais aussi pardon pour non-assistance à peuple en danger d’éradication islamiste. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 3480

 

Dernier sondage
Pensez-vous que l’Egypte risque de vivre ce qu’a vécu l’Algérie durant les années 90 ?   
Oui : 56,36 %
Non :
39,78 % 
Sans opinion: 3,86 %

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site