Lundi 4 mars 2013
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Contribution
Kiosque arabe
Voxpopuli
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Culture : SOUAD BELHADDAD A BEAUCOUP DE CHOSES À «DJIRE» À ALGER, ANNABA, TLEMCEN
Je est un autre


De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari
«Beaucoup de choses à vous djire» est un spectacle ahurissant.
Faïrouz, la cousine de Hayet, sciences Pô, ENA, la madame «Com» du ministère de la visibilité, une discriminée positive, mettra-t-elle en danger la carrière de cette dernière? «Fatchima» pour ce qui la concerne ne laisse rien passer, avance sur tous les sujets, donne son point de vue à tout bout de champ. Selon Marine Turchi de Mediapart, l’œuvre de S. Belhaddad «met en scène l’identité plu-rire-nationale». Beaucoup de choses à vous djire a pour personnage central Fatchima, mi-figue, mi-raison, autant attachée, voire rattachée à son algérianitude qu’à son républicanisme de bavarde, touche à tout, dérangeant, qui fâche, Hayet, sa fille, porte-étendart de la visibilité, discriminée positive, fait le reste. Le spectacle se veut une réflexion beaucoup plus sérieuse que l’humour de Belhaddad et l’écriture, intelligente, nuancée, tout en finesse, du texte, le laisse supposer sur le destin des femmes méditerranéennes. Ou des femmes en Méditerranée. La transmission mère/fille est un subtile montage d’humour, de théâtralités, de gestuelle( 1), d’émotion inées et/ou travaillées, refaites, surfaites, convenues ou pas. La critique en Europe est unanime à saluer Beaucoup de choses à vous djire de Souad Belhaddad». Souâd Belhaddad est journaliste, auteure, elle a publié Entre-deux-je, algérienne, française, comment choisir..., Survivantes, Rwanda, dix ans après le génocide, La fleur de Stephanie, Rwanda entre déni et réconciliation, Algérie, le prix de l’oubli — 1991-2004, les victimes témoignent. Réputée, S. Belhaddad aime à dire que le journalisme «est ma première identité». Beaucoup de choses à vous djire de et par Souad Belhaddad est proposé par «Citoyenneté possible» (Marine Pédebosc). Il est distribué par Nabila Belkacem (Itinérances Bruxelles). A l’initiative des instituts français en Algérie, les Algériens pourront voir le spectacle les 5 et 7 mars à Annaba et Alger, le 9 du même mois à Tlemcen, alors que la Galerie Baya (Alger) en proposera quelques extraits le 6 mars — c’est vous «djire»... Beaucoup de choses à vous djire, à Alger, Annaba, Tlemcen 5, 6, 7 et 9 mars. Coproduction Association citoyenneté possible, avec le soutien de : la Fondation la Ferthé, itinérances (Bruxelles), le Tarmac de la Villette (Paris), le Théâtre des feuillants (Dijon), Confluences (paris), Les bénévoles et les artistes.
A. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site