Lundi 4 mars 2013
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Contribution
Kiosque arabe
Voxpopuli
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Merci de découvrir si tard que cette junte
des Tagarins est finalement fréquentable !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Bedjaoui nie tout lien avec les scandales Sonatrach et affirme qu’il
n’a rien à voir avec les agissements de son neveu.

Ah ! La famille algérienne n’est plus ce qu’elle était !

Oui, bon, d’accord ! Il ne faut pas radoter. Je l’ai déjà écrit ici, et je ne devrais pas le réécrire. Eh ben si ! J’assume mon côté radoteur. Je ne vois pas pourquoi des chaînes d’info continue peuvent se permettre de diffuser en boucle le même bulletin, avec les mêmes bégaiements, les mêmes blancs et les mêmes intonations, et moi, je m’interdirais d’aborder à nouveau une information déjà traitée en 30 lignes, dans cet espace. Et en plus de cela, faut bien le dire, j’ai été un peu provoqué. Eh oui ! J’ai sous les yeux la déclaration du ministre britannique en charge de l’Afrique du Nord et je la lis et la relis : «Nous serons aux côtés de l’Algérie dans sa guerre contre le terrorisme.» Je ne sais pas s’il faut classer cette phrase dans le chapitre «humour anglais». En même temps, je n’arrive pas vraiment à en rire. Pourtant, je fais des efforts pour détendre mes zygomatiques. Plus par courtoisie et sens de l’hospitalité, ce ministre nous rendant visite. Mais je n’y arrive pas. Parce qu’en fond à sa déclaration, en écho me parviennent toujours les râles des jeunes bidasses morts en combat dans les maquis faute d’équipements adéquats. Des équipements demandés à des pays occidentaux et qui nous ont été refusés, car à cette époque, il ne fallait pas s’acoquiner avec la «Junte des généraux sanguinaires d’Alger qui assassinaient sans vergogne les combattants islamistes». Allez ! Je m’en vais vous raconter une anecdote. Il y a prescription aujourd’hui. Un jour, dans le bureau de feu Mohamed Lamari, au ministère de la Défense, pour une interview, laquelle interview avait fait sensation ensuite puisque reprise par tous les médias de la planète, l’homme fort de la lutte anti-terroriste m’avait montré les réponses écrites aux demandes algériennes d’achat d’armements, de balles, de jumelles à vision nocturne, de lunettes de précision et autres équipements spécifiques au combat contre des groupes armés terroristes à tout moment du jour, et surtout de la nuit. Des refus à la pelle. Souvent polis. Parfois à la limite de l’arrogance et de la non-assistance à nation en danger de «talibanisation» rapide. Et là, des années après cette interview de la «source autorisée», aujourd’hui que Si Mohamed, paix à son âme, a rejoint le monde des braves, entendre un Britannique affirmer avec son délicieux accent que la Grande- Bretagne sera aux côtés de l’Algérie dans sa lutte contre les terroristes, j’ai une pensée. Oui ! Oui ! Je sais que je l’ai déjà écrit plus haut et que je radote à mort. Eh ben va pour le radotage ! J’ai une pensée pour ces milliers de civils et de militaires qui seraient aujourd’hui encore en vie si des cartouches, des jumelles et autres adjuvants anti-vermine verte nous avaient été livrés. Désolé, monsieur le ministre britannique aux affaires de l’Afrique du Nord. Même en essayant très fort de tourner la page, celle de votre débinage de l’époque, je n’y arrive pas. Les pages de cette histoire-là sont gluantes de sang et collées tous les soirs à mes draps trempés de cauchemars. Et cela, voyez-vous monsieur le ministre, aucun thé, fût-il anglais et fumé, n’arrivera à le faire disparaître.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage
Etes-vous pour la relance du processus de privatisation par le gouvernement Sellal ?
Oui : 42,73%
Non : 51,78%
Sans opinion : 5,49%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site