Jeudi 14 novembre 2013
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


La fable du quidam, du Procuré et des wilayas guérisseuses !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Lionel Messi bientôt en Algérie. Mon Dieu ! Faites tout pour qu’il ne
rencontre pas Saïdani, sinon, c’est foutu !

Le Barça rétrograde en 2e division de la Ligua !

Sellal est en fusion totale avec les gens qui peuplent les salles de «meetings» où il se produit en ce moment. Prenez ces derniers jours et la campagne électorale à Khenchela. Le «Procuré» n’a pas eu à attendre longtemps que le cri fusionnel jaillisse de la salle. Quelques phrases de son cru très cru, quelques gestes et hop ! Un quidam, un parmi tous les quidams assis là, un citoyen que le «hasard» a placé à quelques travées du «Procuré» — un hasard vraiment hasardeux, comme c’est toujours le cas au pays du Grand Hasard— a crié : «Bouteflika, 4e mandat !». Et là, en posture et mimique extatiques, le «Procuré» a répondu dans une parfaite symbiose qui ferait pâlir de jalousie Coach Vahid toujours à la recherche de plus de cohésion chez les Verts : «Votre appel est fort ! Nous l’avons entendu !» Oui ! Assurément, cet homme entend des voix ! Il est en connexion. Qu’importe qu’il n’ait pas entendu les autres voix, celles des étudiants khenchelis qui l’ont bousculé dans leur mouvement de colère, le «Procuré» n’entend que les messages importants, ceux qui justifient sa procuration, sa mission, promouvoir l’au-delà ! Il faut toujours bien observer et écouter attentivement les gens qui entendent des voix ! Ils profèrent des sentences qui laissent parfois pantois. Comme celle-là articulée distinctement par le «Procuré» : «A chaque fois que Bouteflika visite votre wilaya, il reprend toutes ses forces.» Je vous avais prévenus, il faut absolument n’en perdre aucune miette. Car là, nous sommes devant un conte des temps modernes que même les frères Grimm n’auraient jamais imaginé pouvoir écrire un jour. C’est l’histoire extraordinaire d’une rencontre entre un quidam qui passait par un hasard vachement hasardeux devant une salle éclairée, qui y est entré comme on irait à la pêche à la sole ou à la daurade dans les eaux profondes de Khenchela, donc la rencontre entre ce quidam, un «Procuré» qui entend des voix et une wilaya guérisseuse des maladies les plus graves. Un conte, une fable à se mettre carrément debout ! Lève-toi et marche, dit le texte ! Lève-toi, marche, essuie-toi les pieds sur tous ceux qui sont couchés devant ta chaise et va au-devant de ton destin. Non ! Assurément, le «Procuré» a au moins raison sur un point : Abdekka ne partira pas. Du moins, il ne partira pas debout. S’il part autrement, c’est déjà une autre histoire, un autre conte, une autre fable, avec d’autres «Procurés», d’autres salles éclairées, d’autres quidams qui passent par hasard devant et d’autres chroniqueurs aussi qui s’inquiéteront peut-être – ou peut-être pas — de l’étrangeté de ces wilayas guérisseuses qui donnent plus de forces aux revenants. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage
Etes-vous rassurés par les mesures sanitaires prises pour faire face au paludisme ?
Oui : 13,88%
Non : 78,62%
S. opinion : 7,51%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site