Samedi 28 décembre 2013
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Lettre de province
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Le droit citoyen à la colère autogérée !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
L’extradition de Moumène Khalifa est une victoire éclatante
pour la justice algérienne selon…

… Chakib Khelil !

C’est rageant à la fin ! Derrière chaque émeute, on nous invite à chercher, à débusquer les manipulateurs. Encore ces dernières heures et les événements tragiques de Ghardaïa. Il paraîtrait que des mains tapies sous les tapis, ou drapées dans des draps, ou enfouies dans des centres d’enfouissement seraient derrière tout ce qui se passe en pays mozabite. Il me revient qu’à propos des émeutes du 5 octobre 1988, les amateurs de «mains hostiles» à la stabilité du pays avaient, là aussi, pointé du… doigt des agitateurs professionnels. D’où cette question légitime pour quelqu’un comme moi qui n’a que deux mains, qui ne met jamais de gants, qui dort avec les bras – et donc les mains aussi —par-dessus le drap et qui note chaque jour la progression inquiétante des taches de son sur le dos de ses mimines : les Algériennes et les Algériens ont-ils le droit de se mettre en colère, de se foutre en pétards, de se rouler par terre en trépignant des pieds sans qu’on soit obligé de voir derrière eux qui se cache vraiment sous cet «énervement suspect» ? Parce qu’à vrai dire, je trouve au contraire que mes compatriotes, avec ce qu’ils endurent quotidiennement, ne se mettent pas assez en rogne, ne pètent pas de plombs au prorata de leur mal-vie. Prenez n’importe quel citoyen équilibré du monde, sortez-le de son pays et ramenez-le chez nous, plongez-le une semaine dans la vie algérienne, en immersion totale, et je vous garantis deux résultats, au moins, au bout de ces sept jours : soit il sort nu dans la rue, avec juste une cravate autour du cou et crie «J’veux rentrer chez moi ! J’veux rentrer chez moi !» Soit, à l’origine, il a été ramené chez nous sans cravate, et alors, il se met immédiatement en quête d’une corde en chanvre solide. Oui ! D’accord, je vous le concède, les manipulations de masse ont toujours existé. Mais très franchement, ici, aujourd’hui, au vu de l’état de délabrement général et de l’autisme de l’administration et du Palais, y a pas vraiment besoin de se faire manipuler pour sortir tout casser. L’usine à émeutes est la seule à avoir échappé à la désindustrialisation sauvage du pays. Tous les jours des motifs à saccages sortent des chaînes de cette usine et sont mis en circulation citoyenne. Logiquement, le taux d’émeutes est encore trop bas sur l’échelle des douleurs endurées par ce peuple. Il est d’ailleurs là, le problème, à mes yeux. Un problème inverse par rapport à celui posé par les amateurs de la théorie du complot : pourquoi les Algériennes et les Algériens ne sortent pas plus souvent pour casser encore plus qu’ils ne le font, montrer des crocs plus longs et mordre tout ce qui porte l’habit officiel ? Ça m’intrigue au plus haut point tellement ce quotidien est humainement insupportable. Et du coup, c’est pas l’émeute qui m’inquiète. C’est plutôt le peu d’émeutes. Je ne vois qu’une seule explication. Il doit y avoir des mains manipulatrices qui empêchent l’expression de la colère populaire. Mon Dieu ! Voilà qu’à mon tour, je vois des mains partout ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage
Pensez-vous que l’extradi -tion de Abdelmoumène Khalifa va permettre de connaître tous les dessous de cette affaire ?
Oui : 7,32 %
Non : 90,74 %
Sans opinion : 1,94 %

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site