Dimanche 5 janvier 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Société
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Son directeur de campagne, Abdelkader Sallat, l’a confirmé hier à Sour-El-Ghozlane :
«Benflis annoncera sa candidature dans quelques jours»


Le comité de soutien à la candidature d’Ali Benflis poursuit son forcing au niveau de la wilaya de Bouira. Hier, et pour la deuxième fois, un autre meeting a été organisé dans la salle des fêtes de la ville de Sour-El-Ghozlane avec, cette fois-ci, un invité de marque, en l’occurrence le futur directeur de campagne d’Ali Benflis, Abdelkader Sallat.
Devant des centaines de personnes de tous âges venues des quatre coins de la région de Sour-El-Ghozlane, l’ex-ministre de la Justice sous le gouvernement d’Ali Benflis n’a pas tari d’éloges sur son compagnon de route qui ont fait ensemble leurs débuts dans le monde de la magistrature, avant de se voir confier, lorsque Ali Benflis accédera au poste de chef du gouvernement, le ministère de la Justice et de la Réforme pénitentiaire. Aussi, lors de son intervention, Abdelkader Sallat, et après avoir brossé le passé révolutionnaire de la famille des Benflis qui a perdu huit membres durant la guerre de Libération nationale dont son père et son frère, s’est attardé sur le parcours militant et politique d’Ali Benflis. «Vous savez, un homme politique est un parcours, une personnalité et un programme.
Ali Benflis est de ceux-là», dira sous des applaudissements l’orateur qui a rappelé le parcours irréprochable de Ali Benflis surtout durant toutes ces années où il a eu à exercer de hautes fonctions de l’Etat. Il est parmi les rares personnalités étatiques qui n’ont jamais accepté de demeures autres que celles qu’elles ont acquises avec leur propre sueur. Ali Benflis, même quand il était chef du gouvernement, habitait sa demeure familiale ; jamais il n’avait accepté d’habiter les villas huppées du Club-des-Pins.
Pour l'intégrité morale du futur candidat à la présidentielle, Abdelkader Sallat, qui a été à maintes reprises applaudi tellement les témoignages qu’il livrait venaient du fond de son cœur, dira qu’Ali Benflis avait démissionné de son poste de ministre de la Justice car il avait refusé de signer un décret portant création des camps d’internement de Reggane où le pouvoir de l’époque voulait mettre les militants de l’ex-FIS sans aucun jugement. Chose que refusera catégoriquement Ali Benflis qui a préféré quitter son poste que d’accepter un acte contraire à ses principes et aux principes universels de la justice qui voudraient que «toute personne est innocente jusqu’à preuve de sa culpabilité». D’autres faits marquants de la vie politique d’Ali Benflis ont été également cités comme sa participation à la création de la première Ligue algérienne des droits de l’Homme, le poste de secrétaire général du FLN qu’il a assumé avec abnégation, ou encore celui de chef du gouvernement dont il était à la hauteur, avant d’arriver aux élections présidentielles d'avril 2004 qui se sont déroulées dans les conditions que tout le monde sait, puis le silence qu’Ali Benflis s’était imposé tout en suivant de près l’évolution de la scène politique nationale et internationale. «Aujourd’hui, dira Abdelkader Sallat, c’est imprégné de toutes ses expériences que Ali Benflis, qui a diagnostiqué tous les problèmes qui rongent le pays, depuis la corruption qui le gangrène aux multiples scandales qui affectent la crédibilité de l’Etat comme Khalifa et Sonatrach, les crises multisectorielles qui touchent aussi bien la santé, que l’éducation ou encore, l’habitat, les travaux publics, l’enseignement supérieur, etc., a tracé un programme qui répond à toutes les aspirations du peuple algérien».
«Un programme dont le point nodal sera la justice, la justice ensuite la justice», dira encore Abdelkader Sallat qui précisera que ce programme sera rendu public à l’occasion de l’annonce officielle de la candidature d’Ali Benflis qui aura lieu dans les tout prochains jours, en présence de la presse nationale et internationale.
«Un programme annonciateur d’un véritable changement et qui se fera avec un homme intègre et le plus indiqué pour diriger le pays dans la situation actuelle», dira enfin l’ex-ministre de la Justice qui donnera rendez-vous aux présents le 18 avril prochain pour fêter la victoire et crier ensemble Benflis Président !»
Y. Y.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site