Dimanche 12 janvier 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Monde : AFFAIRE DIEUDONNÉ
L'autre face de la France


Par Boudjemâa Meziane*
Il y a quelques décennies, nous eûmes un premier avatar de ce que certains appellent le «choc des civilisations» : la publication par Salman Rushdie des Versets sataniques. Il y eut un immense ramdam, une vaste querelle et l'ayatollah Khomeiny pondit une fatwa (littéralement une consultation, plus généralement une condamnation) déclarant blasphématoire le texte et autorisant la mise à mort de son auteur. On vit alors se lever toutes les forces qui luttent pour la liberté (d'expression et de création), en particulier en France, pour sauver Rushdie et brûler Khomeiny.
Il y a quelques années, un journal danois publia des caricatures du prophète Mohammed : bis repetita. Face à l'émotion des musulmans, les «forces de la liberté et de la démocratie» firent bloc autour de Charlie Hebdo qui publia certaines de ces caricatures, pour rappeler que la liberté de création et d'expression est sacrée dans le beau pays de Voltaire.
La tempête s'est calmée sous l'action conjuguée du chômage et des déficits, malgré des tirs sporadiques enregistrés autour du voile et de la laïcité, mais c'est toujours le silence armé. La poudrière, c'est évidemment la présence massive d'immigrés arabes et musulmans; la deuxième réserve de tension, qui est en fait liée à la première, réside dans la question du Proche-Orient, de la politique des grandes nations euro-américaines (Russes et Chinois sont très discrets et n'ont réagi qu'à propos du drame syrien) et de la politique d'Israël, en particulier la colonisation de territoires palestiniens. Tout le monde dit que cela doit cesser (Obama, Hollande, en particulier), mais on continue à accepter le fait accompli. On n'imagine pas les créateurs d'Israël envoyant un corps expéditionnaire (phénomène très à la mode aujourd'hui; après les Américains, les Franco-Anglais se sont bombardés gendarmes de l'Afrique et du Moyen-Orient !) pour protéger ou libérer les territoires palestiniens ! C'est cela qui indispose les populations arabes et musulmanes, mais pas seulement ! Partout existent des organisations qui clament encore le désespoir des juifs du XXe siècle: le malheureux palestinien.
Le dernier élément que j'ai suggéré dans mon message est l'existence d'un lobby pro-israélien. En France, il est très implanté au sein même du pouvoir! Sarkozy comme Hollande se sont toujours déclarés «les amis d'Israël». Leur entourage est très favorable à l'Etat juif: ministres, députés... Mais la véritable cheville ouvrière, la jeune garde de l'armée pro-israélienne, ce sont les enfants des rescapés de la Shoah. Ils occupent la scène médiatique (journaux, radios, télévisions) et se sont chargés de défendre la mémoire de leurs parents disparus dans les camps nazis. Ils ont pour noms Kouchner, B.-H.L., Finkielkraut, Gluksman, Bruckner et bien d'autres. Ces sentinelles sont chargées, au nom de l'entretien de la mémoire juive, de promouvoir l'image d'un Israël démocratique et humaniste et de ternir (plus: de traîner dans la boue) celle d'un monde arabo-musulman archaïque, fanatique et sanguinaire, incompatible avec les valeurs du judéo-christianisme et de Lumières occidentales. En un mot, la doctrine de George Bush selon laquelle tout ce qui n'est pas avec nous est contre nous Nous = le monde occidental, libre, démocratique et prospère. On ménage les régimes les plus détestables (Arabie et Emirats, qui financent l'islamisme et le terrorisme) pour diviser ce monde arabo-musulman qui se prend à croire à une nouvelle décolonisation et à une émancipation des peuples à la fois de leurs régimes, mais aussi des alliés de ces régimes: les grandes puissances! On a fait mine de découvrir que les régimes tunisien, marocain, égyptien étaient pourris, et l'on demeure inquiet et toujours tenté d'intervenir pour formater les nouvelles tentations révolutionnaires. On a vu l'exemple de l'Egypte et du coup d'Etat qui signifie «rappel à l'ordre». Car l'armée égyptienne est formée et financée par... les Etats-Unis !
Dieudonné (sur qui je connais peu de choses, en dehors de son entêtement à provoquer. Mais les autres aussi provoquent ! A l'automne dernier, Finkielkraut a sorti un acte de guerre intitulé «L'identité malheureuse», dans lequel il explique le malheur de la France, devenue «un pays métro» parce qu'elle a reçu toute la crasse du monde et renoncé à son «élitisme républicain») se trouve au confluent de toutes ces tensions. Le «cas», c'est Valls, ministre d'une république qui met la liberté aux frontons de tous ses édifices. Hier, il nous expliquait qu'il n'y avait pas de sacré en matière de liberté d'expression; aujourd'hui, il se contorsionne pour obliger les préfets à interdire un spectacle. Quand on a dit que l'homme visait Matignon et sans doute l'Elysée, on a tout dit...
C'est une bien triste histoire que celle de l'humanité, depuis qu'elle existe. C'est ce qui fait espérer un monde meilleur. Mais ce monde meilleur ne peut être terrestre que si l'on a des prédispositions à l'isolement égoïste ou hédoniste (à l'instar de Voltaire, précisément). On ne peut espérer la justice et croire totalement en l'homme. Au mieux, l'homme est un Janus: un être à deux faces, comme une pièce de monnaie. Selon ton tempérament, tu verras l'une ou l'autre face. Je te souhaite de ne jamais découvrir l'«autre face» de l'homme: celle que nous avons connue dans les épisodes de l'histoire humaine: guerres, nazisme, fascismes, colonisation...
B. M.

* Intellectuel algérien vivant tantôt en France, tantôt à El Kala où il se retrempe dans l'ambiance des années 60 et 70 pour mieux prendre du recul et alimenter ses innombrables écrits sur l'histoire d'une vie, depuis la maisonnette d'El Frine... «L'esprit de la chaumière» en est à son 7e tome.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site