Dimanche 12 janvier 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Régions : Le Soir de l’Est
Guelma
El Hadj Mustapha Seridi, symbole du droit à la culture et à l'éducation, tire sa révérence



Mustapha Seridi, figure de proue de l'antique Calama, la ville du 8 Mai 1945, un homme qui avait une culture générale très étendue et des qualités sociales qui lui ont permis de s'adapter à son entourage, est décédé samedi à Guelma des suites d'une longue maladie.
Tous ceux qui ont fait le lycée emblématique Mahmoud-Ben-Mahmoud, de la ville de Guelma, notamment certains cadres supérieurs de cette nation, natifs de cette ville, se souviennent de cet homme serein de nature, humble, courtois et cultivé. Homme de rigueur et de savoir, Mustapha Seridi, maîtrisait parfaitement les deux langues : l'arabe et le français. Il a joué un rôle important dans la modernisation de la société guelmie par l'éducation et la culture. De l'avis général, la ville de Guelma vient de perdre un homme qui a marqué de son empreinte toute la région de Guelma, réputée pour être l'une des pépinières du nationalisme algérien. Très ému, un membre du comité scientifique de la 5e édition du Colloque international sur la vie et l'œuvre de Kateb Yacine, qui devrait se tenir à Guelma le 15 janvier prochain, déclarait : «On doit beaucoup à cet homme de culture, il a contribué à la concrétisation de ce projet qui lui tenait à cœur, nous étions les premiers à avoir pensé à organiser ce colloque à Guelma.»
Passionné de lecture, d'histoire, et d'art, doyen des professeurs d'enseignement secondaire à Guelma, ancien président de l'Assemblée populaire de la wilaya, Seridi Mustapha se caractérisait par sa grande culture et son savoir-vivre, affirment tous ceux qui ont eu la chance de le côtoyer. Ammi Mustapha, dont l'âge frôlait les 80 ans, est mort entouré de ses proches.
Noureddine Guergour
khenchela
Un jeune électrocuté, entièrement calciné

Un jeune âgé de 17 ans demeurant à Chechar, 50 km au sud du chef-lieu de la wilaya, a trouvé hier la mort en touchant les câbles électriques d'un transformateur à proximité d'un établissement scolaire au centre de cette commune. électrocutée, la victime a été entièrement carbonisée. Le cadavre a été transporté à l’hôpital Saâdi Maamer en présence du procureur général et de la police qui a ouvert une enquête pour en déterminer les causes et les responsabilités.
Benzaïm A.
Un conducteur de moto meurt sur le coup dans un accident
à Hammam Debagh

Un autre accident mortel s'est produit, ce week-end, après une nouvelle collision entre une moto et une voiture touristique. Le conducteur de la moto a été tué sur le coup. Vendredi 10 janvier à 11h40, un jeune homme de 26 ans est mort au guidon de sa moto.
Il circulait sur la route reliant la commune de Hammam Debagh et la petite localité de Bir Benosmane dans la même commune, lorsque le drame s’est produit. Pour une raison inconnue, le jeune motard est entré en collision avec un véhicule léger, qui roulait en sens inverse. L’homme est mort sur le coup. Les éléments de la Protection civile ont transporté la dépouille de la victime vers l'EPSP de Hammam Debagh. Une enquête a été ouverte par les services de sécurité afin de déterminer les responsabilités dans cet accident mortel. Le bilan des accidents de la route ne cesse donc de s'alourdir à Guelma, et rien ne semble pouvoir dissuader les automobilistes et autres conducteurs routiers de ne plus enfreindre le code de la route.
N. Guergour
Constantine
Un groupement Algéro-Français remporte la réalisation de deux lignes de téléphérique

La réalisation de deux nouvelles lignes du téléphérique de Constantine a été confiée à un groupement algéro-français, a indiqué hier l'Entreprise métro d'Alger (EMA) dans un avis d'attribution provisoire de marché.
Conformément aux dispositions du décret présidentiel de 2010 portant réglementation des marchés publics, l'EMA souligne qu'après évaluation des offres techniques et financières, la réalisation de deux nouvelles lignes du téléphérique de Constantine est attribuée provisoirement au groupement ERBTPH (Algérie)/Pomagalski (France).
Les travaux concernent les lignes de télécabine reliant la gare routière à Bekira et Kerikri à Daksi, précise encore l'EMA.
Livré en juin 2008, l'actuel téléphérique de Constantine est constitué de 33 télécabines, d'une capacité de 15 places chacune.
Il relie en moins de 10 minutes, au-dessus de l'impressionnant ravin de Sidi M'cid, les 1 516 mètres qui séparent la rue Belkacem-Tatache, non loin du pont suspendu, au terrain «Tennoudj» sur les hauteurs de Constantine, à proximité immédiate de la cité Emir Abdelkader.
Réalisé en une année par le groupement international Garaventa (Suisse) - Sapta (Algérie) pour une enveloppe financière de 1,10 milliard de dinars, il facilite le déplacement de 100.000 habitants des quartiers Casbah, Loucif, Ziadia et Emir Abdelkader à un rythme de 495 personnes par heure.
(APS)
Ornithologie
L’opération de dénombrement des oiseaux d’eau lancée prochainement à El Tarf

L’opération de dénombrement des oiseaux d'eau qui séjournent depuis la fin d’octobre dernier, dans différents points d'eau de la wilaya d'El Tarf sera lancée le week-end prochain, a indiqué, lundi à l’APS, un ingénieur du parc national d'El Kala (PNEK), Abdeslam Grira.
Des équipes de spécialistes, appuyés par des bénévoles, des agents du PNEK et des services des forêts prendront part à cette opération de comptage qui se poursuivra jusqu’au 20 janvier courant pour cibler, notamment, les sites formant le complexe des zones humides du PNEK.
Scindée en quatre phases géographiques (Skikda, Guelma, Annaba et El-Tarf), cette opération permettra, selon M. Grira, de déterminer le nombre d’oiseaux séjournant dans ces régions où ils sont arrivés vers la fin du mois d’octobre pour observer une halte avant de poursuivre leur traversée vers l’Europe.
A El Tarf, cette opération sera entamée au Lac Tonga (2600 hectares) où de nombreux oiseaux d'eaux fréquentent ce refuge privilégié et adapté pour la nidification de nombreuses espèces rares dont la présence offre aux visiteurs des moments d’émerveillement.
Canards siffleurs, chipots, pilets, poules sultanes, sarcelles marbrées et Erismatures à tête blanche attirent, en cette période de l’année, aussi bien les amoureux de la nature qui viennent découvrir et contempler des dizaines de volatiles aux couleurs chatoyantes, que les ornithologues désirant actualiser ou parfaire leurs connaissances dans ce domaine.
Accueillant jusqu’à environ 30.000 canards et foulques attirés par le confort du gîte et la nourriture abondante, le Lac Tonga constitue la plus grande zone de nidification de la partie sud du pourtour méditerranéen, a affirmé l’ingénieur du PNEK.
Un peu plus de 56.000 oiseaux d'eau avaient été dénombrés l’année dernière dans les différents lacs de la wilaya d’El Tarf (Tonga, des Oiseaux, Oubeira, Bleu et Mellah) ainsi que dans les marais de la Mekhada, de Bourdim, d'El Houichiya et Graât Ghoubzi.
L’opération de comptage avait permis de recenser 5.963 anatidés dont 3.130 canards siffleurs ainsi que 1.971 canards chipots et 5 volatiles entre fuligules nyroca et fuligules milouins, ces derniers faisant partie des espèces rares ou en voie de disparition.
(APS)
Un fonctionnaire de la DSA incarcéré pour tentative d’incendie du bureau du directeur
C’est l’émoi et la consternation dans la ville d’El Tarf. Et pour cause, un fonctionnaire de la Direction des services agricoles de wilaya (DSA) a failli commettre l’irréparable en tentant d’incendier le bureau du directeur, après l’avoir aspergé d’essence et ce, pour avoir été exclu du poste de chef de parc, qui lui revenait de droit. Au moment des faits, il était dans un état second, a-t-on indiqué.
Arrêté par les éléments de la Sûreté nationale, le malheureux fonctionnaire a été incarcéré, dans l’attente de son jugement.
Daoud Allam

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site