Dimanche 12 janvier 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Campagne contre l’armée et Sellal
L’étrange révélation de Si Afif


La langue de Si Afif, membre du comité central du FLN, s’est déliée à la veille du show raté d’Amar Saâdani. Il a soutenu qu’il a été approché pour participer à la campagne anti-Sellal et anti-DRS mais qu’il avait refusé. Qui a souhaité s’offrir les services du «tirailleur» si Afif ?

Sofiane Aït Iflis Alger (Le Soir)
Faut-il croire Si Afif sur parole, lorsque l’on sait qu’il a plus d’un reproche à faire à Amar Saâdani qui lui a fait connaître l’infortune politique ? Le risque vaut d’être pris, tant est que sa déclaration est à même de confirmer ce qui s’est écrit à propos de l’agitation du secrétaire général du FLN, à savoir que Saâdani exécutait un plan de bataille élaboré ailleurs et qui visait un passage en force du clan présidentiel en avril 2014. «On m’a personnellement approché pour m’en prendre au Premier ministre et à l’armée mais j’ai refusé et j’ai clairement fait savoir que je n’adhérais pas à l’entreprise aventureuse vers laquelle se dirigeait le FLN», a soutenu Si Afif dans les colonnes de Djazaïr News sans toutefois révéler qui lui en a fait la demande. Peu probable que ce soit Saâdani lui-même qui a tenté de l’entraîner dans l’aventure, étant donné que le courant ne passait pas entre les deux hommes. La demande pourrait alors provenir d’un clan parmi les proches de Bouteflika qui voient d’un mauvais œil l’ascension de Sellal à qui il serait reproché également une accointance non ouvertement assumée avec l’armée, plus précisément le DRS. Ce qui voudrait dire que le clan présidentiel n’est pas une entité soudée, comme d’aucuns pouvaient le croire mais qu’il est miné par des tiraillements. Il se pourrait que ce soit suite à son refus d’épauler Saâdani dans sa quête éperdue de frayer un chemin devant une autre candidature de Bouteflika que Si Afif a connu sa disgrâce politique. Et s’il en parle aujourd’hui, c’est qu’il a dû sentir les vents tourner et que les équilibres au sommet de l’Etat commencent à muer défavorablement à Bouteflika et son clan. Assurément, puisque au même moment, l’ancien secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, décide de sortir de son apnée politique et ose défier Saâdani. Hier, il s’est en effet introduit au meeting de la coupole Mohamed-Boudiaf. Résultat : Saâdani, perturbé par cette visite inattendue, a dû faire court.
S. A. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site