Dimanche 12 janvier 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Le Bonjour du «Soir»
Quand le chat n'est pas là...


Par Maâmar Farah
Ceux qui, à gauche et à droite, avancent que le Président Bouteflika ne se présentera pas pour un quatrième mandat, ont certainement leurs sources. Il y a quelques mois, je faisais cas, moi-même, d'une telle possibilité, en précisant que l'actuel chef de l'Etat choisirait probablement Adrar pour une retraite soufie qui l'éloignerait définitivement des cénacles politiques... J'avais aussi mes sources !Mais, à voir de plus près l'inquiétude du sérail et l'absence d'un candidat du consensus capable de fédérer tout ce qui a du poids politique, militaire, économique et social dans le pays, il semble qu'il ne reste qu'un seul choix aux décideurs : revoir la Constitution et aller vers un quatrième mandat qui ne serait qu'un passage obligé vers le nouveau règne du vice-président, en l'occurrence M. Sellal. Une candidature directe de ce dernier ne ferait pas l'unanimité, à commencer chez le FLN. Si Bouteflika ne se présente pas, Belkhadem (voilà pourquoi il reparaît brusquement !), Ouyahia, Saâdani, Ghoul, et tant d'autres du même camp, seront libérés pour donner libre cours à leurs ambitions politiques. Seule la candidature de Bouteflika ferait taire cette cacophonie et éviter l'implosion de cette coalition si fragile, tout en assurant la survie du système. Mais l'actuel Président fera comme d'habitude : il se délectera à compter les rats qui sortiront de leurs trous avant de faire revenir le chat qui dort en lui...
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site